CIRFF – Montréal – Août 2014 – Symposia « Genre et éducation » – Actes numériques

• Axe Pédagogie
1.Isabelle Collet « La construction sociale de l’immaturité des garçons et ses conséquences à l’école. »
Les enseignant-e-s et les élèves le disent continuellement : les garçons sont immatures, en tout cas, bien plus immatures que les filles. Cette immaturité des garçons est ensuite utilisée comme explication magique aux différents problèmes rencontrés par les garçons à l’école, à la fois du côté de l’échec scolaire que des comportements inappropriés. Par exemple, dans le canton de Vaud en Suisse, jusqu’en 1980, les garçons avaient besoin de moins de points que les filles pour entrer dans le secondaire général sous prétexte qu’à cet âge, ils étaient moins mûrs que les filles.
Que veulent dire les enseignant-e-s quand ils disent que les garçons sont immatures ? Comment les garçons et les filles tirent-ils partie de cette prédiction d’immaturité ?
Lien de la publication qui fait suite à cette présentation : http://rechercheseducations.revues.org/1722

2. Nicole Mosconi « John Russell et l’éducation: quelle perspective de genre? »
Analyse du livre de John Russell « On éducation » en examinant dans quelle mesure ses idées modernes pour l’époque (1926), progressistes, peuvent apparaître comme féministes.

Références :

Bertrand Russel, 1926, On education. Especially in early chilhood, London, Unwin Books
Bertrand Russel, 1932, Education and the social order, London, George Allen & Unwin Ltd. Et, Robert Skidelsky, Les Écoles nouvelles anglaises, Maspero, 1972


3. Cendrine Marro «Penser l’éducation à l’égalité des sexes à l’école en termes de Dépendance et indépendance à l’égard du genre (DIG). »
L’appropriation des « savoirs » de sens communs concernant LA différence des sexes et leur implication dans la persistance des inégalités de sexe est au cœur des travaux que je développe actuellement concernant la Dépendance/Indépendance à l’égard du Genre (ou DIG) à la fois en termes conceptuel et de cadre de réflexion pour penser l’éducation à l’égalité des sexes à l’école. Articulant perceptions de différences et aveuglement aux inégalités, la DIG offre un cadre permettant de saisir, d’expliquer et de travailler les conduites sexuées inégalitaires performées quotidiennement par chacun et chacune, cadre qui sera exposé lors de cette intervention associé à un exemple d’opérationnalisation

  • Axe Stratégies
    Nadine Plateau « Traduire le genre dans l’enseignement obligatoire »
    Mon intervention portera sur le rôle de l’associatif féministe dans l’intégration de la question du genre dans l’enseignement obligatoire. Je retracerai les diverses phases de cette intégration en montrant la spécificité innovante du mouvement associatif féministe dans la problématisation de la question, la pression sur les autorités éducatives et l’expérimentation d’alternatives.
    Publication suite à cette présentation : Plateau, N., 2014, «De l’associatif à l’institutionnel. Vers l’intégration de la dimension du genre dans la formation des enseignant-e-s», in M. Estripeau-Bourjac et N. Sembel (dir.), Femmes, travail, métiers de l’enseignement, Presses universitaire de Rouen et du Havre, pp.345-358.

2. Farinaz Fassa « Entre politiques et pratiques : des volontés égalitaires? »
Les politiques éducatives sont peu disertes en ce qui concerne les volontés égalitaires dans l’enseignement obligatoire, alors qu’elles sont apparemment très actives dans l’enseignement supérieur helvétique. Comment comprendre une telle différence et quel/s sens lui donner d’un point de vue de féministe ?

3. Edmée Ollagnier « Les forces du féminisme pour une réforme des valeurs et conduites des organisations formant des adultes. »
Le militantisme féministe dans de nombreux pays ainsi que les travaux de la recherche féministe en éducation des adultes ont permis l’émergence de pratiques de formation non
traditionnelles offrant à des femmes la possibilité de se former pour transformer leur quotidien et leur devenir. Des exemples permettront de montrer comment ces combats et théories critiques ont permis l’émergence de pratiques et de modèles d’apprentissage qui interrogent les structures et métiers de la formation des adultes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *