ATELIER ARGEF pour le colloque GIS de septembre 2014 Actes numériques – Symposium : « Sexe, genre, orientation sexuelle : des problématiques à l’école »

A l’école du genre.
Du bac scolaire au plafond universitaire
Par Caroline Dayer (UNIGE)

Du bac à sable au baccalauréat, des parois de verre au plafond de fer, cette proposition interroge les processus de socialisation scolaires d’une part et professionnels d’autre part, au prisme du genre. Pour ce faire, elle se fonde sur deux recherches – ancrées dans l’interactionnisme historico-social et une démarche compréhensive – et s’appuie sur l’analyse d’entretiens semi-directifs.
D’une part, il s’agit de se centrer sur la construction identitaire d’élèves (Dayer, 2010) en problématisant la triade sexe-genre-sexualité. Cette constellation conceptuelle est appréhendée à travers une approche interdisciplinaire. L’accent est porté sur la façon dont se décline l’hétérosexisme en contexte scolaire (Dayer, 2013) – autant à un niveau intrapersonnel, interpersonnel que sociétal – et découle sur une problématisation envisageant l’école en tant que fabrique du genre mais aussi en tant que vecteur d’actorialisation.
D’autre part, la socialisation professionnelle et abordée à travers l’exemple du contexte universitaire (Dayer, 2009). Sont ainsi développés la construction sociale genrée des savoirs ainsi que les mécanismes androcentrés de la recherche, notamment à travers les apports des épistémologies féministes. L’articulation entre ségrégation verticale et horizontale aboutit à un questionnement sur l’université en tant qu’usine du genre (Dayer, soumis).
L’objectif de cette contribution vise à mettre en perspective ces deux terrains d’investigation en relevant leurs enjeux de connaissance et de formation, autant sociétaux que politiques. Dans ce sens, non seulement les apports théoriques et analytiques des études genre sont mis en évidence mais également leur potentiel d’action.

Hétérogénéité, hétéronormativité. 
Quelle place pour les filles et les garçons au sein de la classe?
Par Céline Delcroix

De nombreuses études ont montré comment les filles et les garçons réalisent une séparation des corps lors de la récréation, comment ce temps de pause constitue un espace fort dans la construction des identités de sexe (Zaidman, 1996; Gayet, 2003). De même, d’autres études (Morin-Messabel et Salle, 2013) ont analysé les manuels scolaires et ont montré que la place faite aux filles et aux garçons relevait du stéréotype, du sexisme et alimentait l’idée d’une discrimination sexuée et ce particulièrement dans les représentations de la production des savoirs. D’autres études encore ont montré le traitement différencié des filles et des garçons à l’école (Mosconi, 1999) comme la sous-représentation des filles dans le domaine scientifique et la surreprésentation des garçons dans certaines orientations (18,4 garçons non admis au brevet en 2012 contre 12,6% de filles, 70% des élèves de SEGPA, et 86% des dispositifs Relais sont des garçons).
Ainsi, la construction identitaire des élèves et leur rapport au savoir semblent marqués par divers vecteurs (espace, supports, représentations…). Aussi, nous souhaitons analyser, dans l’espace de la classe, les relations au savoir qu’entretiennent les filles et les garçons.
En effet, il s’agit de comprendre comment les représentations sociales et culturelles du féminin et du masculin ont un fort impact sur une représentation sexuée des savoirs, des aptitudes et des comportements chez de jeunes élèves dans la classe (lieu hautement symbolique de la transmission des savoirs).
Pour comprendre les mécanismes opérants, une observation participante active est en cours depuis septembre 2013 dans trois classes de CE2/CM1/CM2 de la région Centre. Cette étude ethnosociologique a pour objet l’analyse du rapport au savoir des élèves.
Selon cette perspective de recherche, nous soumettrons à l’épreuve des faits deux hypothèses à savoir que :
1. Les élèves ont un rapport au savoir sexué et non mixte, de plus, il ne s’élabore pas de la même façon pour les filles et les garçons.
2. Si l’on propose un mode mixte d’apprentissage des savoirs, les représentations du féminin et du masculin et des attentes de chaque sexe se reconfigurent.

A l’école des filles, des garçons et des autres ?
par Arnaud Alessandrin
Sociologue, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim

Timidement, la question des transidentités commence à s’imposer dans les préoccupations publiques. Néanmoins, l’école et l’université restent encore très frileuses lorsqu’il s’agit d’aborder cette question. Depuis 2012, de nombreux établissements, personnels de l’éducation nationale ou de l’enseignement supérieur ont été rencontrés à la suite de mes recherches et publications. Dans cet article je propose un retour sur expérience afin d’élaborer quelques pistes d’accompagnement pour les élèves trans en difficulté.

* * *

Le 28 décembre 2014, Leelah Alcorn, adolescente trans américaine, se donnait à mort de n’être pas parvenue à vivre dans son genre. Sa famille, réfractaire à l’idée d’avoir une enfant trans, s’est alors opposée à toute prise de traitement hormonal. Avant de se suicider Leelah publia sur son blog une lettre d’adieu qui fit rapidement le tour des médias. Cette affaire dramatique n’est malheureusement pas un cas isolé. Dans ce contexte, l’école a pleinement son rôle à jouer. Malgré la diversité des situations ou des niveaux scolaires, cet article se propose de revenir sur la question de l’accompagnement des élèves trans à l’école.

Elèves trans : de quoi parle-t-on ?
Nous aurions spontanément tendance à associer la figure des transidentités à l’âge adulte. Cependant, et si les questions ne sont évidemment pas les mêmes, l’expérience transidentitaire peut apparaitre à tous les âges. Les recherches d’Elisabeth Meyer (2010) autour de la notion de « gender creativ spectrum » et de « gender creativ kids », soulignent par exemple que dans les cours élémentaires aux Etats-Unis, 8% des élèves ne répondent pas strictement aux traditions des rôles de genre. Ces élèves ne s’engagent pas à proprement parler dans des transitions mais expriment un pas de côté vis-à-vis des normes de genre. Au collège ou au lycée c’est parfois la question du travestissement qui apparaît ou bien encore le sentiment plus prononcé de ne pas appartenir au sexe assigné à la naissance. Des films comme « ma vie en rose » ou « tomboy » pourraient venir l’illustrer. Pour autant, si les « troubles de l’identité de genre » chez les enfants sont classés dans les classifications psychiatriques internationales (Drescher, 2013), on fera ici l’hypothèse que les variations de l’identité de genre ne sont en rien des pathologies mais qu’elles constituent au contraire une caractéristique intime et normale de l’adulte et de l’enfant (Schneider, 2014). En revanche, les discriminations à l’encontre des personnes trans, et notamment à l’école, sont quant à elles bien réelles (Alessandrin et Espineira, 2015). Il convient donc de les mettre en lumière.

Transidentité et épreuves scolaires 
L’enquête du GLSEN (Gay, Lesbian and Straight Education Network) de 2005, nous rapporte que l’expression de genre est la troisième cause de harcèlement à l’école après l’apparence physique (le poids…), l’orientation sexuelle réelle ou supposée, et avant l’ethnicité ou l’appartenance religieuse. L’expérience scolaire est donc une épreuve pour de nombreuses personnes trans. Isolement, craintes dans l’accès aux espaces scolaires genrés (toilettes, vestiaires), absentéisme : les conséquences de la transphobie à l’école sont nombreuses (Alessandrin, 2014) et marquent profondément la vie des individus concernés (Dayer et Alessandrin, 2015). L’enquête menée par H&S (Homosexualité et Socialisme) et Le MAG (Mouvement d’Affirmation Gay) en 2010 apporte quelques éclairages chiffrés sur la question. Selon les associations, 69% des jeunes trans (de 16 à 26 ans) ont déjà pensé au suicide. Et si la majorité des répondants reconnaissent avoir bénéficié d’une bonne acceptation de leurs identités de genre au sein de l’école, 9% (le double pour les Mt) avouent avoir vécu des situations de rejet. L’enquête souligne alors que les personnes trans doivent composer avec l’institution et le milieu scolaire pour ne pas trop être en proie à des situations de transphobie. Une minorité arrive à imposer leur identité choisie à l’institution (13% de l’échantillon). Au total la moitié seulement ont fait un coming-out auprès de leurs camarades ou de l’administration et 18% des situations recouvrent des insultes. Pour 7% d’entre elles il s’agit de harcèlement, 6% d’exclusion, 5% de menaces et autant d’agressions physiques.

La médicalisation des parcours : solutions et écueils.
Face à ces situations, et ne sachant bien souvent où s’orienter, les parents et l’institution scolaire (infirmièr.e.s scolaire ou encadrant.e.s), font appel à des professionnels plus ou moins appropriés. Pour de nombreux professionnels psychanalystes ou psychiatres, il s’agit certes de diminuer les risques de condamnation par les pairs dont sont victimes les enfants trans, mais également de « prévenir » les cas de « transsexualisme » (Zucker, 1990). Cette thérapeutique est fortement critiquée pour sa dimension normalisante c’est-à-dire « correctrice » des identités de genre alternatives qui pourraient apparaitre à l’enfance (Hill, 2007). Une autre thérapeutique, dite « acceptante », vient alors s’opposer à la première et suggère à l’inverse que les identités de genre trans ne sont pas des pathologies qu’il faudrait absolument diagnostiquer. Dans cette perspective, et à partir d’un certain âge, des bloquants hormonaux sont par exemple conseillés (Cohen-Kettenis, 2000) et de nettes améliorations scolaires (Reucher, 2011) ou psychologiques (Schneider, 2014) sont enregistrées. Il convient donc d’entendre les demandes enfants trans, non comme des signes d’une maladie à soigner, mais bel et bien comme le déploiement d’un élément intime et central de l’identité de l’enfant. Lorsque l’enfant est plus âge, des demandes de changement de sexe ou d’hormonothérapie peuvent-être formulées. Là encore, si des équipes hospitalières existent, de nombreux autres parcours peuvent être entrepris à l’aide, notamment, des supports associatifs existants. Sur Paris (OUtrans, ORTrans), Bordeaux (Trans 3.0), Toulouse (AEC Toulouse), Lyon (Chrysalide), Clermont Ferrand (Aqtia), ou encore Lille (J’y suis j’y reste), des acteurs concernés et engagés peuvent orienter, guider et écouter les personnes en demande d’aide, qu’il s’agisse des parents ou des enfants.
Le respect de l’identité de genre de l’élève.
Mais au-delà de l’orientation et des réseaux de support, de nombreuses questions continuent de se posent à l’intérieur des établissements. Le bien-être des élèves trans est alors au centre d’une discussion qui n’engage pas uniquement une dimension médicale. Trois éléments doivent alors être simultanément entendus afin de lutter contre l’exclusion de ces enfants et adolescents. Le premier relève d’une dimension interactive. Le respect de l’identité de genre de l’individu est une condition centrale à l’inclusion de l’enfant. Il convient de lui assurer non seulement une reconnaissance mais aussi un traitement égal aux autres élèves dont on respecte également l’identité de genre. Le second élément est quant à lui plus administratif. S’il est parfois compliqué de changer un prénom ou une mention de sexe sur des documents officiels appartenant à des mineurs, il est en revanche tout à fait possible de rectifier des documents internes afin d’accompagner au mieux ces transitions (listes d’appel, cartes de cantine ou de bibliothèque, entêtes de courriers….). Enfin, une troisième dimension, plus logistique celle-ci, doit être soulignée. Les espaces sexués, tels que les vestiaires ou les toilettes, peuvent également être source de problèmes. C’est pourquoi, au-delà de bricolages administratifs et informels, il s’agirait s’investir les formations et les sensibilisations (à destinations des élèves comme des encadrant.e.s) afin de faciliter ou d’aménager l’accès à ces espaces anxiogènes. Là encore, des acteurs et associations concernés sont parfois en mesure d’accompagner les hésitations des établissements.

Conclusion : Dans un contexte de crispations autour des notions de genre et de sexualité à l’école, et en l’absence de volonté politique claire en la matière, la question des élèves trans semble bien mal tomber. Pourtant, elle demeure une question brulante au croisement des problématiques de sexisme et d’homophobie. Ce petit article, loin d’être suffisant, participe à sa manière à l’éclosion de cette question dans le champ des études de santé scolaire.

Bibliographie

Alessandrin A, Espineira K. Sociologie de la transphobie. MSHA, 2015.
Alessandrin A, Dayer C. L’expérience des minorités de genre et de sexualité à l’école. In Oser l’autre, EME et Intercommunications. E. Dugas et G. Ferreol. 2015 : 87-110.
Bradley SJ, Zucker KJ. Gender Identity Disorder and psychosexual problems in children and adolescents. Canadian Jour. of Psychiatry. 1990 ; 35 : 477-486.
Drescher J, William B. Treating Transgender Children and Adolescents: An Interdisciplinary Discussion. New York, Routledge, 2013.
Hill, D, Rozanski C, Carfagnini J, Willoughby B. Gender identity disorders in childhood and adolescence: A critical inquiry. Int. Jour. of Sex. Health. 2007 ; 19 : 57-75.
Reucher T. La transidentité entre 10 et 20 ans. In La transidentité : des changements individuels au débat de société. Alessandrin A. Harmattan, 2012 : 41-51.
Schneider E, Baltes-lohr C. Nomierte Kinder. Transcript, 2014.
Schneider E. Vu du Luxembourg (entretien avec Arnaud Alessandrin). Cahiers de la transidentité. 2014 ; 4 : 71-76.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *