Colloque thématique de l’AESCE « LE GENRE DANS LES SPHERES DE L’EDUCATION, DE LA FORMATION ET DU TRAVAIL. REPRESENTATION(S) ET MISE(S) EN IMAGE(S) » – Reims octobre 2015 5 Symposia -Actes numériques

* SYMPOSIUM 1 : Genre et discriminations : entre stéréotypage et invisibilisation
1. Caroline Dayer (Université de Genève)
Les faces cachées des discriminations : loupe analytique et vecteurs de formation
La thématique des mises en images et représentations est abordée dans cette contribution à travers une analyse de la reconduction de stéréotypes de genre dans le champ éducatif. Quels sont-ils, que cristallisent-ils et qui invisibilisent-ils ? Quels rôles jouent-ils dans l’architecture des processus d’exclusion et des mécanismes de rejet ?
Afin de répondre à ces questions, trois axes sont proposés. Le premier axe se centre sur la clarification des concepts de stéréotype et de stigmate puis de sexe, genre et sexualité à travers une approche interdisciplinaire (Dayer, 2014). Sur la base d’une recherche qui se fonde sur l’interactionnisme historico-social et sur une démarche compréhensive, les résultats issus d’entretiens de recherche semi-directifs menés auprès d’élèves genevois.e.s qui sont la cible de violences liées au sexe, au genre et/ou à la sexualité mettent en évidence des processus de socialisation en négatif (Dayer, 2013).
Le deuxième axe se concentre sur des pistes de formation en écho aux lacunes et aux problèmes identifiés par ces personnes. Différentes images et supports pédagogiques sont discutés à l’aune d’une perspective de genre.
Le troisième axe se focalise sur des campagnes d’affichage portées par des politiques publiques genevoises dont l’objectif consiste à lutter contre les stéréotypes de genre et les discriminations.
L’objectif de cette contribution vise ainsi à articuler des niveaux intrapersonnels, interpersonnels et sociétaux.

2. Geneviève Cogérino (Université de Lyon 1)
Discriminations genrées en EPS : perceptions des futur.e.s enseignant.e.s
La mise en place de la mixité en EPS est une source paradoxale de discriminations genrées. Les comportements de l’enseignant.e, la configuration des situations d’apprentissage, les pratiques de référence, certaines prescriptions (ou silence) des programmes eux-mêmes contribuent à ces discriminations. Les souvenirs des enseignant.e.s concernant leur propre scolarité, leurs représentations du masculin et du féminin guident implicitement les pratiques professionnelles parfois davantage que les formations, souvent très silencieuses en EPS sur ce thème.
La recherche vise à identifier les perceptions, représentations, souvenirs relatifs à des épisodes de discriminations genrées, vécues ou observées en EPS durant le cursus scolaire et universitaire de futur.e.s enseignant.e.s d’EPS.
Deux groupes ont renseigné par écrit un « évènement critique », vécu ou observé concernant la mixité (32 cas en Licence 3 STAPS) ou l’égalité et les discriminations (31 cas en M2 MEEF). Par ailleurs 25 dossiers collectifs de M2 sur ce même thème ont été analysés.
En l’état actuel du traitement, les données analysées confirment la présence récurrente de situations discriminatoires en EPS, générées par la nature : des contenus et apprentissages visés, des régulations des enseignant.e.s (sur les apprentissages et sur les relations F/G) et des modalités d’évaluation (nature de celles-ci, constitution des barèmes).

3. Sigolène Couchot-Schiex (Université de Paris-Est)
Mixité en EPS : pour aller encore plus loin dans les rapports de genre
La question de la mixité et la gestion des élèves en Education Physique et Sportive a été largement abordée par la recherche française au cours des 25 dernières années. Les résultats diffusent dans les pratiques professionnelles, provoquant des débats riches, vifs, évolutifs. Et si on allait plus loin ?
C’est l’ambition de cette communication qui propose de s’intéresser aux perceptions que les élèves et les enseignant.e.s ont des relations interindividuelles à l’aune des questions de genre. Le système hétéronormatif produit des effets dont on peut observer les étapes du mécanisme opératoire qui conduit de la perception sociale aux discriminations sur les critères du sexe et/ou de la sexualité. Les approches psychosociologiques et sociologiques seront convoquées qui montreront que les problématiques de l’homophobie et du sexisme sont quasiment inexistantes dans la littérature scientifique française en éducation.
Une enquête de terrain menée en lycée auprès de 95 lycéen.ne.s et de 10 adultes (dont 6 enseignant.e.s d’EPS) sous la forme d’entretiens individuels (pour les adultes) et en petits groupes (pour les élèves) montrera principalement que le sexisme et l’homophobie ne sont perçus ni par les adultes, ni par les élèves. La discussion envisagera ce qui conduit à cette invisibilité.

* SYMPOSIUM 2 : Mise en œuvre de la mixité et débat autour de l’égalité des sexes à l’école


1.Geneviève PEZEU, chercheure-doctorante – Paris V Descartes – Laboratoire CERLIS

Cartographie de la coéducation dans l’enseignement secondaire français avant la Seconde Guerre mondiale.
Avant que la mixité de sexe ne devienne légale en 1975 et se généralise à tous les niveaux de la scolarité des élèves français-e-s, le principe de la séparation des sexes est déjà largement remis en question depuis quelques décennies. Dans le cadre d’une recherche doctorale en histoire de l’éducation, sur la mise en œuvre de la mixité dans l’enseignement secondaire en France depuis la Première Guerre mondiale, cette communication se propose de présenter une cartographie des établissements scolaires (collèges et lycées) de garçons qui pendant l’entre-deux-guerres ont accueilli des filles afin qu’elles suivent la même scolarité que leurs camarades garçons. C’est ainsi mettre en image la localisation régionale de ces établissements et repérer les tendances vers une ouverture et un élargissement de l’accès aux études secondaires pour les filles leur facilitant l’obtention du baccalauréat. C’est également une mise en perspective historique de l’offre scolaire qui se démocratise en s’ouvrant à la fois aux différentes catégories sociales et aux élèves filles. Cela nous permet de repérer les évolutions législatives qui ont facilité ce que l’on nomme à cette époque  « coéducation ». Or il est plutôt question d’une forme de coenseignement car le mouvement se réalise sans volonté d’une éducation au sens large afin d’apprendre à vivre en commun. A partir d’un corpus de sources primaires émanant des dossiers des Archives nationales nous pourrons présenter des cartes géographiques des débuts de la coéducation [carton F/17/14165]. Il est question de la situation des lycées d’Etat qui en 1932 ont répondu à une enquête réalisée par le ministère de l’Éducation nationale concernant les classes à examens, mais aussi une représentation de la situation entre 1926 et 1931 pour les autres classes dans les collèges municipaux.

Bibliographie :
Collet Isabelle et Pezeu Geneviève, « Filles et garçons à l’école », Les Cahiers pédagogiques, 487, 2011. http://www.cahiers-pedagogiques.com/Une-histoire-de-la-mixite
Mosconi Nicole, La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux semblant?, Paris, PUF, 1989.
Rogers Rebecca (dir.), La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents, Lyon, ENS, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2004.
Thébaud Françoise et Zancarini-Fournel Michelle (dir.), Coéducation et mixité, Clio, Histoire, femmes et Sociétés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, vol.18.

2.Gaël PASQUIER, Maître de conférences en sociologie – ESPE – Université Paris Est Créteil – Observatoire Universitaire International Education et Prévention (OUIEP) – Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Educatives et des pratiques Sociales (LIRTES)

Des ABCD de l’égalité aux nouveaux outils pour l’égalité : analyse et mise en perspective des représentations de l’égalité des sexes produites par l’Education Nationale

De la Convention pour la promotion de l’égalité des chances des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans le système éducatif de 2000 aux ABCD de l’égalité, programme ministériel d’expérimentation dans les classes de séances consacrées à l’égalité des sexes et au questionnement des stéréotypes de sexe, les textes officiels de l’Education Nationale en faveur de l’égalité des sexes, doivent être lus, notamment pour l’école primaire, au miroir des débats démocratiques contemporains (parité, PACS, politique migratoire, mariage entre personnes de même sexe…) dont ils reflètent les ambiguïtés et parfois les écueils. Sous l’apparente continuité des discours, l’institution ne s’est pas préoccupée de donner une représentation unifiée de l’égalité des sexes (Pasquier 2013).
Suite aux polémiques auxquelles ont donné lieu les ABCD de l’égalité, durant l’année scolaire 2013-2014, les fiches pédagogiques disciplinaires proposées par l’institution à destination des enseignant-e-s ont été supprimées. Elles ont été remplacées en novembre 2014 par de nouveaux outils dont l’insuffisance et la conception différentialiste de l’égalité entre des hommes et des femmes perçus comme complémentaires a rapidement été dénoncée par des chercheuses et chercheurs féministes (Buscatto et al. 2015). Ces outils sont par ailleurs accompagnés de vidéos qui véhiculent des représentations et des conceptions divergentes de l’égalité et d’un module de formation à distance MAGISTER. L’objectif de cette communication est de proposer une analyse et une mise en perspective de ces différents outils produits par l’institution afin de mettre en évidence la manière dont s’articulent les représentations véhiculées et produites par ces différents discours successifs et concomitants au regard des enjeux actuels de l’égalité des sexes à l’école.

Bibliographie :
Buscatto Marie, Chevalier Yannick, Collet Isabelle et al. (2015). Egalité des sexes à l’école : machine arrière, toute ! Médiapart, 16 janvier 2015. Article disponible en ligne :
http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/160115/egalite-des-sexes-l-ecole-machine-arriere-toute. Page consultée le 10/05/2015.
Pasquier Gaël (2013). Les pratiques enseignantes en faveur de l’égalité des sexes et des sexualités à l’école primaire, vers un nouvel élément du curriculum. Thèse de doctorat. Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Scott Joan W. (2002). L’énigme de l’égalité. Dans L’égalité, une utopie ? Cahiers du genre n°33. Paris : L’Harmattan, pp. 17-42

3.Bérengère KOLLY, docteure en philosophie, chercheure associée en sciences de l’éducation au LISEC Lorraine, équipe « Normes et Valeurs._Université de Lorraine (LISEC)

« Vigigender » et la mise en image de la fronde anti-genre : stratégies et perspectives 

La fronde anti genre trouve ses racines et son terreau dans la controverse autour des réformes des manuels scolaires de SVT à partir de 2011 et dans l’opposition politique à la loi sur le mariage homosexuel. Cette fronde a pris un tournant majeur en 2014 dans l’opposition au programme expérimental des « ABCD de l’égalité », se manifestant notamment par les Journées de Retrait de l’Ecole, mais également des prises de positions publiques, dans la presse et les médias. Dans cette lignée, a été fondé la même année le site « Vigigender », autour de la mise en ligne des interventions de personnalités lors d’une « soirée de décryptage des ABCD de l’égalité » le 12 juin 2014.
Il s’agira ainsi, dans une optique philosophique, d’analyser de manière qualitative à la fois les contenus et les mises en forme de ces mêmes contenus dans ce site ressource pour comprendre le genre comme ‘à rebours’. Trois objectifs sont ainsi visés : en premier lieu, connaître et faire connaître de manière fine les argumentaires des opposants au nommé « gender » ; en second lieu, comprendre leurs stratégies, en particulier de mise en image et de communication, et les passer au crible d’un regard genré ; en troisième lieu, envisager ce que cette opposition ouvre comme pistes politiques de compréhension du genre en éducation.

Bibliographie :
Chetcuti, N. (2014). Quand les questions de genre et d’homosexualités deviennent un enjeu républicain. Les Temps Modernes, 678(2), 241–253
Collet, I., & Dayer, C. (Eds.). (2014). Former envers et contre le genre. Louvain-la Neuve, Belgique: De Boeck, DL 2014.
Flavigny, C., & Mattéi, J.-F. (2012). La querelle du genre: faut-il enseigner le “gender” au lycée ? Paris, France: Presses universitaires de France, impr. 2012.
Portier, P., & Groupe Religions, sociétés. (2013). Normes religieuses et genre: mutations, résistances et reconfigurations, XIXe-XXIe siècle. (F. Rochefort & M. E. Sanna, Eds.). Paris, France: A. Colin, impr. 2013.

Publications de l’auteure : Kolly, B. (2016). « Qui a peur de l’égalité à l’école ? », In Fabre, M., Frelat-Kahn, B. Valeurs et éducation. Paris : Hermann. (à paraître)

Liens à consulter : http://www.lisec-recherche.eu/membre/kolly-berengere

ou http://univ-lorraine.academia.edu/B%C3%A9reng%C3%A8reKolly

* SYMPOSIUM 3 : Des contenus sous influence

1.Isabelle Collet, UNIGE, Genève
Les papillons pour les filles, des cyclones pour les garçons. La représentation des sciences à l’école primaire

La division socio-sexuée des savoirs (Mosconi, 1999) tend à attribuer les sciences et techniques aux garçons. Ainsi, en mathématiques (Broze & Lizan, 2009) ou en informatique (Collet, 2006), le pourcentage de femmes est faible et même en recul. En revanche, les filières d’études qui relèvent des sciences du vivant sont fréquentées à majorité par des filles. Cette division sexuée des sciences est-elle visible dès l’école primaire ?
Pour le découvrir, nous avons alors proposé à 162 élèves de 8 à 10 ans à Genève des questionnaires portant sur leur préférence en matière d’activités scientifiques et nous nous sommes penchés par ailleurs sur les contenus d’enseignements. Nous avons alors constaté que les activités scientifiques sélectionnées pour la classe avaient une coloration genrée qui déteignait sur la discipline scientifique, entrainant des identifications stéréotypées de la part des enfants. En somme, nous pensons que c’est le choix des activités emblématiques pour une discipline donnée qui va avoir tendance à genrer cette discipline.

2. Marie-Elise Hunyadi, UNIGE, Genève / Univ. Paris V
Evolutions des représentations du féminin dans les travaux de l’UNESCO sur l’éducation des filles et des femmes (1946-1975)

Dès ses premières années de fonctionnement après la Seconde Guerre mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) place la lutte contre les discriminations dans le domaine éducatif au cœur de son action de promotion de la paix. Dans ce cadre, promouvoir l’accès des filles et des femmes à l’éducation devient un enjeu important pour l’organisation, qui coopère notamment avec la Commission de la condition de la femme des Nations Unies et des associations internationales féminines pour étudier la situation de l’enseignement féminin de par le monde et proposer des recommandations pour l’améliorer. Quelles représentations sociales de la figure féminine ces travaux véhiculent-ils ? Ces représentations entrainent-elles un type d’enseignement féminin considéré comme « modèle » par l’organisation ? Ce modèle diffère-t-il de celui proposé pour l’enseignement des garçons ? Y a-t-il une prise en compte des spécificités culturelles des différents pays membres, ou au contraire une tentative d’universalisation des représentations du féminin et de l’éducation des filles ? Autant de questions que cette communication cherchera à mobiliser à partir de l’analyse des publications et archives de l’Unesco, dans une approche d’histoire sociale et culturelle.

* SYMPOSIUM 4 : Former les enseignant-e-s au genre

1. Farinaz FASSA RECROSIO, Professeure assistante en Sociologie de l’éducation Institut des Sciences Sociales – Faculté des Sciences Sociales et Politiques Université de Lausanne et Gaël Pasquier, Maître de conférences en sociologie -Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education – Université Paris Est Créteil -Observatoire Universitaire International Education et Prévention (OUIEP), Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Educatives et des pratiques Sociales (LIRTES)
Engagement ou réticence : comment des enseignant.e.s de la scolarité obligatoire pensent l’éducation à l’égalité des sexes, en Suisse et en France ?

En France, comme en Suisse, les directives officielles demandent aux enseignant.e.s de favoriser l’égalité entre les filles et les garçons et de questionner les stéréotypes de sexe. Bien que ces textes s’inscrivent dans des temporalités politiques différentes, force est de constater qu’ils sont le plus souvent peu appliqués. Les enseignant.e.s supposent en général que l’égalité est assurée par la mixité, mais certain-e-s d’entre eux et d’entre elles, encore minoritaires, engagent toutefois un travail avec leurs élèves sur ces questions. L’objectif de cette communication est de confronter deux recherches menées auprès d’enseignant-e-s dans ces deux contextes nationaux différents, l’une par questionnaires et entretiens semi-directif auprès d’enseignant.e.s en activité en Suisse Romande dans tous les degrés de l’école obligatoire ; la seconde, en France, par des entretiens non-directifs réalisés avec des professeur.e.s des écoles du premier degré qui entendent se préoccuper d’égalité des sexes dans leur classe. Notre propos est de mettre en évidence les représentations que ces enseignant-e-s se font d’un tel travail et de sa nécessité. Celui-ci réactive en effet un certain nombre de tensions professionnelles liées à la manière dont ils perçoivent leur métier, entre instruction et éducation, neutralité et engagement, mais aussi la place de l’école dans la société ou encore l’articulation des différentes formes de discriminations, qu’il importe de mettre en perspective.

2 . Céline Petrovic, Docteure en Sciences de l’éducation
Chargée d’enseignement sur le genre en Science de l’éducation Université de Strasbourg.
La réception des enseignements sur le genre

Cette communication vise à montrer les continuités et discontinuités des tensions et résistances au cours d’enseignements relatifs au genre auprès de professeurs·es des écoles et d’enseignants∙es du second degré. Les observations et entretiens montrent que les formations et enseignements sur le genre et l’égalité ont cet effet particulier d’interroger les identités individuelles et sociales de chacune et de chacun en tant que femme et homme, ce qui peut susciter une tension. Cette tension est plus ou moins importante selon les connaissances acquises le plus souvent d’initiative personnelle, cette thématique n’étant toujours pas inscrite dans les programmes scolaires et absente de la majorité des enseignements universitaires et formations initiales. Quelques fois s’exprimant de façon virulente, des personnes avancent des arguments pour s’opposer à la légitimité même du questionnement des normes de genre. Occupant l’espace sonore, l’ensemble du groupe peut alors être ralenti voire empêché de se trouver dans un climat de bienveillance nécessaire à la discussion entre les représentations sur l’égalité et le genre d’une part et la réalité sociologique d’autre part. Si les observations montrent l’apparition de nouveaux arguments avec l’apparition dans l’espace public de la « théorie du genre », les entretiens révèlent que la naturalisation des rapports sociaux est massivement avancée et décrite comme une composante de l’identité individuelle et sociale. Aussi, l’engagement vers des pratiques éducatives égalitaires semble être conditionné par la remise en question du lien entre nature et rôle social.

3 . Elsa LE SAUX-PÉNAULT, Doctorante, sous la direction de Marie-Anne HUGON et Cendrine MARRO Équipe Crise-Ecole-Terrains sensibles, CREF-ED 139 –UPOND
et Cendrine MARRO, Maîtresse de conférences HDR – UPOND, UFR des sciences psychologiques et des sciences de l’éducation, Laboratoire d’Etudes de Genre et de Sexualité – UMR LEGS 8238 – CNRS / Paris 8 / Paris Ouest Nanterre.
Faire avancer l’éducation à l’égalité des sexes par les enfants

Au croisement des questions identitaire et égalitaire, l’éducation à l’égalité des sexes est une question socialement vive dont les enseignant-e-s ont du mal à s’emparer. Toutefois, des données concernant la littérature pour la jeunesse, récoltées dans les écoles par les enfants eux-mêmes, permettent une prise de conscience de ces derniers, mais également des professeur-e-s qui les accompagnent. Parce que ces données (nombres de personnages masculins/féminins dans les albums, activités et traits de caractères attribués aux personnages selon leur sexe, repérage des stéréotypes de sexes, …) constituent un état des lieux validé par les acteurs et actrices (enfants comme enseignant-e-s), parce que fait par eux/elles-mêmes et pour eux/elles-mêmes, en situation et sur leur situation, elles permettent de développer la réflexion et l’esprit critique des enfants mais aussi un début d’engagement de la part des enseignant-e-s dans cette éducation. Mais, une fois concerné-e-s grâce à ces constats préalables, pour s’approprier les questions de recherche portées par les chercheur-e-s, les enseignant-e-s doivent aussi se sentir capables de traiter les données récoltées et de les faire analyser à leurs élèves.
Nous présenterons ces données de terrain (analyses quantitatives et qualitatives des couvertures d’albums, personnages, activités, …) récoltées par les enfants et leur traitement dans les classes. Nous mettrons en relief la façon dont les recherches effectuées par les enfants ont pu amener les enseignant-e-s à interroger leur pratique et combien les avancées des élèves peuvent être source de motivation pour leurs professeur-e-s.

* Symposium 5 : Professionnalité enseignante
1. Loïc SZERDAHELYI, Université Lyon 1, CRIS,
Images de femmes enseignantes d’EPS dans les rapports d’inspection (1941-1975)

Cette communication propose de discuter la notion de professionnalité au prisme d’images de femmes enseignantes d’EPS dans les rapports d’inspection, en France, entre 1941 et 1975. L’image est ici pensée comme une construction sociale de la réalité, historiquement située, à la croisée du réel et de l’imaginaire, de discours et de représentations. À partir d’une analyse de contenu de rapports d’inspection, tirés de dossiers de carrière consultés aux Archives nationales, cette étude met en tension la construction sociale de « la » femme enseignante d’EPS, en interrogeant ce qui est donné à voir et selon quel regard. L’objectif est d’envisager la construction de différents statuts professionnels au sein de la communauté enseignante d’EPS, mais également d’appréhender le lien existant entre le sexe de l’enseignante, femme avant tout, et le dynamisme qui lui incombe, de par sa fonction. Aussi s’agit-il de comprendre comment les femmes qui font le choix d’embrasser une carrière en EPS, entre 1941 et 1975, sont tenues de (re)construire leurs identités… à partir de celles attribuées par leurs supérieurs hiérarchiques.

2. Céline DELCROIX, Lirtes-OUIEP – Espé de Créteil
Images et représentations dans les socialisations masculines chez les enseignants de l’école primaire.

Cette contribution se propose de rendre compte du processus de construction de l’identité professionnelle masculine dans un métier dit féminin. Nous analyserons cette entrée dans la profession enseignante au regard des images et des représentations sociales qui ont concouru à ce choix. Pour comprendre l’accès au métier des enseignants du primaire, une mise en perspective des différentes instances de socialisation avec le projet initial et l’expérience professionnelle en cours sera analysée au travers des images et des représentations mentales apportées au cours des différentes socialisations et des modalités d’incorporation. Nous nous attacherons à montrer que ce qui s’incorpore est de l’ordre « des rapports au monde social et aux autres, des manières d’agir, des représentations… » (Lahire, 1998 : 116).
Notre travail de recherche se place au cœur des travaux sur la socialisation professionnelle masculine dans des métiers à hégémonie numérique féminine. Pour appréhender l’espace scolaire, nous disposons d’un corpus discursif de vingt-quatre entretiens semi-directifs d’une heure environ pour chacun, menés auprès d’enseignants exerçant en maternelle (11/ 24) ou en élémentaire (13/24). L’entretien nous a permis d’approcher par sa dialectique rétroactive l’analyse et l’explicitation par l’enseignant de son choix. Selon cette perspective de recherche, nous avons soumis à l’épreuve des faits deux hypothèses:
Les hommes qui enseignent à l’école primaire ont connu dans leur socialisation primaire, voire secondaire, des figures ou des représentations favorables à l’émergence de ce choix de carrière.
Ces hommes qui accèdent à un métier traditionnellement féminin reconnaissent être marqués par des représentations stéréotypiques entravantes ou pas selon leur adhésion à la masculinité hégémonique.

3. Farinaz FASSA, LabEduc, Institut des Sciences sociales, Université de Lausanne, et Simon DUBOIS, LabEduc, Institut des Sciences sociales, Université de Lausanne,
Quelques effets insoupçonnés de la ségrégation horizontale dans l’enseignement postobligatoire romand

Menée en Suisse romande dans un contexte de massification (Stocker 2011) et de réorganisation de l’enseignement postobligatoire, l’enquête « Etre prof de gymnase, c’est quoi ? » (Fassa et Dubois, 2012) été réalisée sur mandat du Département de l’éducation d’un canton romand. Elle avait pour objectif de mieux connaître la population des professionnel.le.s enseignant à ce niveau de la scolarité et de comprendre quels étaient leurs regards sur les réformes en cours (Maroy 2006). Elle s’est dotée pour cela d’une méthodologie mixte : enquête par questionnaire (N=528) et entretiens individuels et collectifs. Nos résultats ont permis de constater une féminisation récente de ce niveau de l’enseignement. Ils ont en outre montré que cette catégorie professionnelle était loin d’être homogène, les effets de la sexuation des disciplines s’y marquant très nettement et entretenant des liens avec les parcours formatifs et professionnels des personnes interrogées et avec le statut de ce segment de la profession. De manière plus surprenante, nous avons pu constater que les différences entre femmes et hommes marquent également les conditions d’exercice d’un métier souvent décrit comme égalitaire, notamment en ce qui concerne le type d’élèves concerné.e.s et les possibilités de mobilité horizontale. Elles distinguent de plus les professeur.e.s quant à ce qu’ils et elles considèrent être les « missions » de cette formation généraliste de second degré. Notre communication reviendra sur les dimensions genrées de ce segment de la profession enseignante et sur les effets que la ségrégation horizontale engendre tant en ce qui concerne les représentations que les enseignant.e.s ont des différents types d’élèves auxquel.le.s ils et elles sont confronté.e.s que les définitions de la professionnalité (du métier bien fait) qui guident leur action pédagogique (Perez-Roux, 2012)

Lien pour consulter le rapport de recherche présenté : http://www.vd.ch/autorites/departements/dfjc/dgep/bibliotheque/generale/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *