AREF 2016 (4 – 7 juillet) à Mons – Actes en lignes –

Symposium ARGEF : Le genre, une catégorie d’analyse utile pour l’éducation et la formation

  • Gilles Combaz, Education, cultures et politiques (université Lyon 2)

Inspectrices et inspecteurs de l’enseignement primaire en France. Trajectoires professionnelles, accès aux postes et déroulements de carrière

Résumé : Dans le cadre de cette communication, nous proposons d’étudier les trajectoires professionnelles de femmes et d’hommes qui accèdent au poste d’inspection de l’enseignement primaire. Nous souhaitons aborder cette question en la situant dans le contexte plus général de l’égalité professionnelle entre les sexes. En France, depuis le début des années 2000, les dispositifs officiels visant cet objectif se sont multipliés. Ils concernent les entreprises mais aussi la fonction publique. Pour cette dernière, l’article 41 du projet de loi général sur la fonction publique voté en 2012 fixe des objectifs ambitieux : 40% de femmes devront occuper des postes à hautes responsabilités à partir de 2018. Les statistiques disponibles révèlent que cet objectif est loin d’être atteint. Une comparaison avec le secteur privé montre que les femmes du secteur public sont plus pénalisées dans l’accès aux fonctions d’encadrement (Albert, 2013). Une étude qualitative récente menée auprès d’une centaine de hauts fonctionnaires de deux directions de Bercy et de deux directions de ministères sociaux confirme ces résultats (Marry et al., 2014). Les inégalités constatées concernent les postes les plus prestigieux de la fonction publique mais sont-elles de même ampleur lorsqu’on se situe à un niveau moins élevé de la hiérarchie ? Nous proposons d’aborder cette question en étudiant l’accès des femmes et des hommes aux postes d’inspection du premier degré. La communication sera articulée autour de trois axes. Il convient tout d’abord de montrer que la profession a été longtemps réservée aux hommes (Ferrier, 1997). La féminisation de ce corps – au sens quantitatif du terme – se réalise très progressivement à partir de la fin des années 1980. Le recours à des statistiques nationales exhaustives pour trois périodes (2005, 2011 et 2015) permettra d’apprécier cette évolution. Aussi indispensable soit-elle, cette démarche n’autorise pas une appréhension plus fine d’inégalités qui se constituent de manière moins visible dans le déroulement de carrière des femmes et des hommes. Pour étudier celles-ci, 35 entretiens narratifs (Bertaux, 2013) ont été menés. Nous avons considéré à la suite de M. Cacouault (2007) que le déroulement de la carrière professionnelle ne peut pas être totalement déconnectée des responsabilités et des tâches assumées par ailleurs : investissement dans la sphère domestique, éducation des enfants, choix opérés en termes de vie personnelle (mariage, célibat, etc.), importance des activités extraprofessionnelles (syndicales, politiques, culturelles, etc.). Ces univers sont étroitement intriqués et, selon les personnes, les priorités données ne sont pas identiques et les arbitrages qui en découlent n’interviennent pas nécessairement au même moment pour chacun.

  • Céline Delcroix, Lirtes- OUIEP -Espé de Créteil

Devenir enseignant-e du premier degré : l’accès à un emploi par socialisations incitatives

Résumé : Des idées reçues sur le monde enseignant sont toujours largement véhiculées. Une idée reçue est que c’est un métier « féminin », on en trouve trace dans des formules telles que « prof, c’est bien pour une femme », ce qui implique évidemment que c’est « moins bien pour un homme ». D’avant qu’en France, les enseignant-e-s du premier degré sont composés de 81,4% de femmes et 18,6% d’hommes en 2014. En outre, l’élévation du niveau de recrutement avec la masterisation ne serait, outre une réponse à une harmonisation européenne (Bologne, 1999), qu’une accélération de phénomènes anciens et pérennes. Ainsi, le recrutement des enseignant-e-s est devenu plus endogène dans le secteur public et a conduit à une élévation du milieu sociale de ces derniers (Esquieu, 2005). La masterisation aurait engendrer une réelle fracture sociale en excluant des étudiant-e-s issu-e-s des milieux populaires et renforcer la mise en place d’une typologie d’enseignant-e-s (à savoir une femme issue de milieu favorisée et ancienne bonne voire très bonne élève, c’est ce que déclarent 72% des enseignant-e-s (Nadine Esquieu, 2006, p.2).
C’est pourquoi, à la suite de notre recherche exploratoire, nous souhaitons présenter une recherche contextualisée géographiquement afin de mieux saisir comment s’agrègent différents types de socialisations (primaires, juvéniles, « primaires spécifiques » (Charles, 2012 : 19) et secondaires) avec les logiques institutionnelles de sélection (avec les activités para scolaires et para éducatives) et façonnent le choix des nouveaux enseignant-e-s de l’académie de Créteil. Car, le contexte politique du concours exceptionnel offre une possibilité nouvelle d’investigation en termes numériques, d’autant que l’académie de Créteil est une des moins attractive en raison de difficultés socio-économiques de ses publics.

  • Nadine Plateau, Présidente de la Commission enseignement du Conseil des femmes francophones de Belgique

Quand excellence rime avec performance, quelle place pour le genre dans les politiques éducatives ?

Résumé : En 2015, le gouvernement de la Fédération-Wallonie-Bruxelles a décidé d’entamer un processus de réflexion participatif autour d’un «Pacte pour un enseignement d’excellence». Ma communication qui utilise le genre comme catégorie d’analyse portera sur les textes produits depuis 2015 par les groupes de travail participant à cette réforme de l’enseignement obligatoire et par les mouvements citoyens concernés.
J’examinerai comment la dimension de genre est prise en compte dans le Pacte et pourquoi les concepts d’excellence et de performance au cœur du Pacte ne permettent pas de repérer et de comprendre les mécanismes subtils de discriminations multiples et de les combattre. La question des inégalités entre élèves est en effet le plus souvent traitée sur base de l’indice socio-économique et liée à la performance (impact des rapports PISA) ce qui occulte l’imbrication des discriminations liées au sexe, au milieu social, à l’appartenance ethnique ou culturelle, à l’orientation sexuelle. En outre la question des inégalités entre femmes et hommes dans le système éducatif (ségrégation horizontale et verticale) n’est pas abordée alors que l’évolution du système vers une logique de pilotage et d’évaluation externe accentue le clivage entre une élite administrative et techno-pédagogique d’une part et les travailleurs, majoritairement les travailleuses de terrain.

  • Isabelle Collet, UNIGE et Chantal Morley, Institut Telecom d’Evry
    Comment augmenter la par des femmes dans les études supérieures d’informatique : analyse comparative de deux stratégies d’inclusion

Résumé : Depuis une trentaine d’années, la part des femmes dans les filières de formation en lien avec les technologies de l’information et de la communication est en nette régression. Cette situation est le résultat d’une exclusion massive (Abbate, 2012), due à la fois aux politiques de gestion des ressources humaines des années 1970-1980, à l’invisibilisation des femmes dans ce domaine académique et à l’irruption du micro-ordinateur dans la société, comme symbole de pouvoir alimentant les représentations de la masculinité hégémonique (Connell, 2014). L’exclusion des femmes du domaine informatique est donc historiquement construite.
Le marché du travail ayant un besoin important de spécialistes en informatique, les femmes sont maintenant perçues comme un vivier de compétences peu exploitées qui pourrait être la solution à une pénurie annoncée d’informaticien-ne en Europe. Parmi les différents programmes d’inclusion de femmes qui ont été mis en place au niveau de l’enseignement supérieur, deux ont attiré notre attention, en raison de leur succès manifeste : Women@SCS à la Carnegie Mellon University et Women in computer Initiative à la Norwegian University of Science and Technology (Berg, 2002 ; Margolis & Fischer, 2002). Dans les deux cas, ces universités sont partis d’un pourcentage de femmes dans leur filière informatique comparable aux moyennes nationales (environ 10%) pour atteindre l’année qui a suivi la mise en place des mesures plus de 30%.
Les comptes-rendus de ces initiatives constituent notre corpus de recherche. Nous avons cherché à comparer les prémices épistémologiques qui sous-tendent ces programmes, les moyens mis en œuvre pour attirer, recruter, socialiser les étudiantes, et les transformations que ces initiatives ont produites sur la culture des écoles.

  • Zhang Dan , Faculty of Education, East China Normal University, Shanghai

Gender differences of floating children in quality of education on perspective of educational equity—example of Shanghai primary school

Abstract: Promoting equity is the main and also fundamental value of educational policy nowadays in People Republic of China. However, the issues of gender equity, especially gender differences in the field of education are still neglected by our national policy and school education, particularly for the group of floating children in urban primary schools, so what the status quo on gender differences of floating children during school education today is? What and how the floating children will influence the local classes on gender difference when they come to urban schools in megalopolis like Shanghai? Does the group of floating children vary the same ways on gender difference and social stratification? If not, who varies the most? Does this gender difference is relevant to the variation of school quality or school geography? Why there’s the difference between boys and girls during the process of learning, etc. According to the framework of five dimensions on quality of education by UNESCO (Learner, learning environment, learning content, learning process and learning result), we try to use the framework of “learning process” to explore and analyze the status quo of gender difference in shanghai primary school today, and then try to find the reasons why the gender gap is so big in school education for the group of floating population in Shanghai urban primary schools. In order to find these answers, we select ten primary schools in four different districts of Shanghai on geography, which covers the schools in center city and also in the areas of outskirt, where we do 55 teacher interviews (including 36 female teachers and 19 male teachers) and seven schools are selected for doing the class observations by containing 100 sections. During the process of data collection, we recorded all by the permission of interviewees, then we coded and analyses by Nvivo 9. Through our research, we find that the proportion of floating children has influenced the local classes, especially on gender percentage, the schools and classes which accept more floating children, the percentage of the boys is bigger than the girls, especially for the families of immigrant workers, the gender difference between boys and girls is big, which presents on the aspect of students performance in class, teacher student relationship, etc. When we try to explore the reasons, it shows that the traditional and patriarchal thought is still popular especially in the family of floating children today, which socializes the social division of gender role first in family, then our school education continues to reinforce and even reproduces this patriarchal culture through teacher-student interaction in the classroom pedagogy field. Thereby the processes of “teaching and educating” pull the gender differences and even gender gap to be big in students’ classroom behavior and academic performance, and during this process, teacher’s evaluation plays an important role in guiding and orienting, etc.

  • Nassira Hedjerassi et José Reyes, Université de Reims.

L’accès à la formation professionnelle de personnes migrantes transgenre : difficultés ou discriminations ?

Résumé : Ce texte s’appuie sur une recherche sur des personnes migrantes transgenre, qui vise à documenter et comprendre les discriminations vécues par cette population en France. Dans notre communication, nous nous proposons de rendre compte du volet concernant l’accès aux formations professionnelles. En effet, si les recherches sur cette population en France sont inexistantes, la question de l’accès au monde du travail et/ou du maintien dans l’emploi est le point récurrent dans la littérature internationale concernant cette population (Lombardi et al., 2001, Wilson, 2007, Nadal, Skolnike & al., 2012, Nadal & al., 2014). Les travaux internationaux font ressortir clairement la différence entre les transboys et les transgirls. Alors que les premiers bénéficient d’un coup d’accélérateur dans leur trajectoire professionnelle en changeant de genre social, les secondes rencontrent de sérieux problèmes (Schilt, 2006, Schilt & Wiswall, 2008). Que leur transition opère en amont de leur entrée dans le travail ou en aval, elle est particulièrement coûteuse, leur valant soit de rester à la porte du marché du travail, soit d’en être exclues. S’agissant de la population investigée, les rares travaux portant sur des migrantes transgenre dans d’autres contextes géographiques (Howe, Zaraysky & Lorentzen, 2008, Hwahng & Nuttbrock, 2007, Sausa et al., 2007, Castro, 2015), mettent en exergue le recours à la prostitution comme étant la seule activité possible. Comme les précédentes recherches internationales, nous avons adopté une approche biographique et procédé à une collecte de récits de vie. Nous avons mené les entretiens en espagnol (langue maternelle des personnes enquêtées) ou en français auprès de 15 migrantes. Nous avons complété par des entretiens auprès de 14 personnes transgenre, en activité professionnelle, pour essayer d’identifier par contraste ce qui avait pu jouer dans leur parcours. Nous avons procédé à une analyse de contenu du corpus constitué par la transcription des entretiens. Notre analyse du volet concernant les formations professionnelles, fait ressortir une différenciation très nette selon le capital scolaire et social d’origine. Les personnes issues d’un milieu favorisé ont pu malgré le rejet familial bénéficier d’opportunités de mener des études, alors que celles d’origine plus populaire ont connu la rupture, familiale le plus souvent, scolaire toujours. Ces dernières, livrées à elles-mêmes, font d’abord l’expérience de la rue, de la prostitution. Dans leur parcours, elles racontent de manière intéressante leurs difficultés lorsqu’elles cherchent à sortir de la prostitution. Le suivi d’une formation professionnelle pour cette population marquée par un faible capital scolaire et une maîtrise souvent limitée du français constitue un passage obligé pour accéder à une première expérience professionnelle. Notre analyse des parcours donne à voir les difficultés rencontrées et les stratégies mises en place pour obtenir d’être accepté-e-s dans une formation. Certaines personnes se résignent à suivre des formations moins exigeantes sur le plan de la maîtrise du français, par exemple dans le domaine du ménage. D’autres, pourtant fortes d’expériences professionnelles dans leurs pays d’origine (la coiffure par exemple), suivent des formations dans les domaines du «  care ». Pour certaines ayant vécu des difficultés en raison de leur apparence de genre, la possibilité de revenir en arrière à l’égard de leur transidentité a pu même être envisagée.

  • Elena Pont, Université de Genève

Des catégories d’analyse originales de l’expérience de genre et de handicap des personnes paraplégiques : des instruments possibles de pair-émulation

Résumé : Notre objet de recherche est la reconstruction de leur trajectoire professionnelle par des patient-e-s paraplégiques en centre de réhabilitation. Le centre propose la co-construction, avec des orienteurs-euses professionnel-le-s, d’un projet personnalisé destiné à ramener le-la patient-e vers le travail formel. Notre hypothèse est que dans le discours de réorientation, l’émission de stéréotypes de genre et de handicap (Maruani, 2011 ; Ville, 2005) peut empêcher l’aboutissement du projet par une limitation de l’autodétermination (Ryan et Deci, 2002) des patient-e-s.
Pour répondre à notre hypothèse, nous avons recueilli onze récits de vie professionnelle de personnes paraplégiques. Par la pratique du récit, l’informateur-trice peut donner des significations renouvelées à sa trajectoire professionnelle, et ainsi construire des « modèles d’expériences » (Van Dijk, 2009) originaux. Nous comprenons les modèles d’expériences comme des ensembles de significations attribuées au vécu, et dont le sujet fait usage pour résoudre une « épreuve biographique » (Baudouin, 2009). Nous qualifions l’épreuve de situation d’apprentissage informel. Pour les paraplégiques, une épreuve significative est la gestion des effets de la déficience (notamment dans le monde du travail), qui peut être résolue grâce à une succession d’apprentissages informels. Les épreuves, résolues et signifiées, deviennent des savoirs d’expérience. Ces savoirs sont, par exemple, liés au traitement de questions de genre et de handicap vécu par les personnes paraplégiques dans la sphère professionnelle.
Ces savoirs expérientiels, originaux, peuvent être transmis dans la pratique de la « pair-émulation » (Gardien, 2011). Cette pratique consiste en la transmission de l’expérience d’une personne handicapée autonome à une autre personne handicapée en quête de plus d’autonomie, dans le monde du travail particulièrement. Le but de la pair-émulation est la conscientisation, par la personne « pair-émulée », de ses propres possibilités, droits et devoirs. La pair-émulation est utilisée dans la réhabilitation des paraplégiques. Malgré la valorisation de cette pratique, on note un manque de formation spécifique à la pair-émulation, aussi bien chez les professionnels de la réhabilitation que chez les « pair-émulateurs-trices ».
Publications en lien avec cette communication :
Pont, E. (2015). « Je ne suis pas vulnérable ! » : analyse du récit de vie professionnelle d’une enseignante paraplégique au prisme des épreuves, du handicap et du genre. Initio, revue sur l’éducation et la vie au travail, 5, 109-126. http://www.initio.fse.ulaval.ca/fichiers/site_initio/documents/volume_1_numero_5/Pont_INITIO_no._5_automne_2015.pdf

Pont, E. (2016). Le récit de vie : un instrument d’émancipation des représentations de genre et de handicap dans la réhabilitation professionnelle des paraplégiques. Dans L. Formenti et L. West (dir.), Stories That Make a Difference: Exploring the Collective, Social and Political Potential Of Narratives In Adult Education Research (p. 364-370). Lecce, Italie : Pensa MultiMedia.

  • Farinaz FASSA, Pierre BATAILLE et Maria DEL RIO CARRAL, Unil-Suisse
    Les carrières des jeunes chercheur-e-s en Suisse : entre trajectoires individuelles et micro-politiques organisationnelles

Résumé : Cette présentation s’appuie sur la recherche européenne GARCIA (Gendering the Academy and Research : Combating Career Instability and Asimmetries), subventionnée par le 7e programme cadre sur Science et société de la Commission européenne. Elle examine les débuts de la carrière académique dans sept « petits » pays européens rarement étudiés : Autriche, Slovénie, Belgique, Italie, Suisse, Island et Pays-Bas et a pour originalité de mettre l’accent sur la précarité croissante des métiers académiques dans un contexte de compétitivité augmentante (Bruno et al, 2010) et d’interroger ses liens avec le genre.
Notre communication se concentrera sur l’exemple d’une université suisse, éclairé par les résultats obtenus dans les autres pays partenaires et elle tentera de répondre à la question de savoir quel est le rôle que jouent les micro-politiques organisationnelles de ce qu’on peut appeler des « greedy organizations » (Coser, 1974) dans les trajectoires de carrière et si elles conservent un caractère genré défavorable aux carrières des femmes dans un contexte qui se dit favorable au développement de l’égalité.
Les données sur lesquelles nous nous appuierons seront principalement qualitatives et elles comparent les récits que nous avons recueilli auprès de 20 jeunes chercheur.e.s d’un département de Sciences sociales et humaines et d’un département de STEM (Sciences, technology, engeneering and mathematics) encore en poste à l’Université de Lausanne.
Après avoir décrit la/s manière/s dont l’université et ses facultés abordent la question de l’égalité entre les sexes, nous décrirons tout d’abord les micro-politiques organisationnelles des instituts examinés et mettrons en évidence celles qui favorisent et/ou entravent le développement des carrières dans la recherche selon les chercheur.e.s en début de carrière. Cette mise en évidence s’organisera sur 4 axes qui touchent à l’ensemble de la vie, privée comme professionnelle, et qui sont susceptibles de mettre au jour les zones de friction entre les projets individuels et les micro-politiques des instituts universitaires sur lesquels nous travaillons : 1. culture organisationnelle ; 2. Bien-être professionnel ; 3. Articulation famille-travail et 4. Perspectives futures.
Le troisième temps de notre communication examinera dans quelle mesure les actions mises en place dans les deux Instituts universitaires étudiés tendent ou non à modifier les rapports de genre qui existent traditionnellement dans les universités et si oui au profit de quel/s type/s de sujets. Il s’agira dans ce cadre de se demander dans quelles mesures les politiques mises en place pour favoriser les carrières féminines dans chacun des Instituts correspondent aux zones de friction identifiées par les jeunes chercheur.e.s et surtout de vérifier qu’elles sont porteuses d’un potentiel de transformation en termes de genre susceptible de rendre la parité de participation (Frazer, 2005) effective.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *