Lettre ouverte aux éditrices et éditeurs de manuels scolaires

Paris, le 30 janvier 2016

Objet : Rédiger des manuels scolaires sans discriminations

Madame, Monsieur,

Comme vous, nous attendons avec impatience la version définitive des programmes scolaires qui devront entrer en application à la rentrée 2016-2017. Nos associations, l’Association nationale des études féministes (ANEF) et l’Association de recherche sur le genre en éducation et formation (ARGEF) sont très attachées à ce que les futurs programmes respectent et mettent en valeur, sous toutes les formes disponibles, l’égalité entre les filles et des garçons, entre les femmes et les hommes. Nous avons beaucoup travaillé sur cette problématique et avons été entendues par le Conseil supérieur des programmes (CSP).
Mais nous savons bien que les programmes ne sont pas tout et qu’une bonne prise en charge du sujet exige une politique volontariste et des initiatives fortes. C’est pourquoi nous nous adressons à vous, en tant que responsables des maisons d’édition, pour que vous puissiez intervenir auprès des auteur.e.s des collections de manuels scolaires.
C’est dans ce but que nous vous faisons parvenir le compte rendu de l’entretien avec Marie-Christine Blandin, sénatrice, qui nous a reçues au nom du CSP, en juillet 2015. Vous y trouverez toutes les sources d’inspiration pour inciter vos auteur.e.s à éviter de générer les stéréotypes et les pièges sexistes auxquels les enseignements en maternelle, primaire et secondaire sont actuellement confrontés.
Nous vous proposons de consulter le « Guide pratique pour une communication sans stéréotype de sexe » du HCE/fh (Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes) simple et pratique, qui répond aux exigences de la loi (Téléchargeable sur : bit.ly/1PccmRa). Il s’agit seulement de mettre en place dans les manuels que vous allez mettre sur le marché, les éléments nécessaires à une culture de l’égalité, telle que les textes officiels le réclament.
Nous nous permettons d’ajouter que nos associations comprenent un grand nombre de personnes ressources qui sont à votre disposition pour répondre rapidement aux questions que vous pourriez vous poser.
Recevez, Madames et Messieurs les responsables d’éditions, l’expression de nos salutations les meilleures.
Association nationale des études féministes (ANEF)
www.anef.org
Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF)
www.argef.org

Documents suivants en lien :
1/ Lettre ouverte au CSP (à Monsieur Michel Lussault)
2/ CR de la rencontre avec le CSP au Sénat

Lettre ouverte à Monsieur Michel Lussault,

Président du Conseil supérieur des programmes

Centre national d’enseignement à distance 60, boulevard du Lycée 92170 VANVES

Paris, le 19 octobre 2015

Objet : Les « nouveaux » programmes scolaires et le genre

Monsieur le Président du Conseil supérieur des programmes,

Les dixNhuit membres du Conseil supérieur des programmes (CSP) — d’abord présidé par Monsieur Alain Boissinot puis par Monsieur Michel Lussault —ont travaillé plus d’un an à l’élaboration des nouveaux programmes du primaire et du collège.

Fort contestés au printemps 2015, ces programmes ont été revus et corrigés pendant les vacances d’été et ils sont désormais disponibles à l’adresse suivante : http://www.education.gouv.fr/cid93042/projetNdeNprogrammesN pourNlesNcyclesN2N3NetN4.html

Chacun\e peut se faire une idée de « l’élève » virtuel, idéal, que les membres du CSP se donnent pour objectif de former ainsi que de la méthode et des contenus. Les cycles scolaires concernés par les nouveaux programmes sont les IIe cycle (CP, CE1, CE2), IIIe cycle (CM1, CM2, 6e) et IVe cycle (5e, 4e, 3e).

Le collectif signataire de cette lettre ouverte est composé de dixNsept institutions et associations françaises qui, ellesNmêmes, regroupent des scientifiques internationalement reconNnu\e\s des études de genre ainsi que des spécialistes de l’égalité femmesN hommes/fillesNgarçons. Presque tou\te\s, à des degrés divers, sont ou

ont été acteurs et actrices de terrain, face à des élèves réel\le\s, dans toute leur diversité et leur hétérogénéité. Certain\e\s sont également en situation de former des enseignant\e \s.

Les promesses faites par le CSP — d’une part, de dialoguer avec les personnes concrètement engagées, d’autre part, de rapprocher l’enseignement de la recherche — nous avaient incité\e\s à faire entendre nos voix.

Nous voulions faire valoir qu’il fallait intégrer, dans les nouveaux corpus et à tous les niveaux des cursus, les connaissances permettant de promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes ; qu’il était urgent de mener la lutte contre les stéréotypes sexistes dans tous les domaines, dans toutes les disciplines et à l’aide d’outils pédagogiques renouvelés, à tous les niveaux de l’enseignement, à commencer par l’école maternelle puis l’école élémentaire, puis enfin, en collège et en lycée.

Que ce soit en matière de socle de connaissances, d’évaluation, de formation des enseignant\e\s, de pédagogie ou encore de valeurs éthiques et civiques, et in fine, en matière de programmes, nous pensions que l’enseignement se devait d’intégrer les apports que la recherche scientifique a produits et validés depuis près d’un demiNsiècle et que plusieurs pays européens ont déjà incorporés dans leurs projets éducatifs. Les femmes ne devaient plus être reléguées à un préambule, ni à un chapitre à part, ni à quelques lignes, aussi bienveillantes soientNelles, saupoudrées ici et là. On sait aujourd’hui le rôle décisif et le poids que les femmes ont dans tous les domaines de la vie sociale, culturelle, économique ou politique (malgré les discriminations dont elles sont encore l’objet).

Il était temps de proposer aux filles et aux garçons, dans les classes, quel que soit le sujet traité et quelle que soit la discipline enseignée, des connaissances et des outils pour étudier les processus à l’œuvre dans la fabrication des inégalités sexuées, afin de provoquer une réflexion sur l’égalité, non seulement en droit (dans le respect des lois votées) mais aussi en fait.

La difficulté rencontrée pour obtenir un rendezNvous et pour pouvoir nous exprimer devant des représentant\e\ s du Conseil supérieur des programmes fut peu de chose au regard de la surdité feutrée finalement opposée par l’institution.

Oui, l’occasion fut totalement manquée. Le CSP est resté sourd à nos arguments. Il a sans doute espéré nous contenter par des mentions à la marge — consensuelles et molles — mais qui ne changent rien sur le fond : les programmes réécrits par le CSP cet été se donnent pour ambition de faire « comprendre le monde » à notre jeunesse sans avoir le courage de l’analyser et tout en évitant soigneusement le critère d’explication du « monde tel qu’il est » que constitue la hiérachisation des sexes.

Oui, l’occasion est manquée : Acta est fabula pourraitNon penser ! Mais la pièce n’est sans doute pas totalement jouée. Les livres scolaires qui vont suivre ces programmes seront examinés à la loupe, car ils peuvent encore éviter le piège des stéréotypes de genre avec les hiérarchies et les inégalités qu’ils entraînent inevitablement. Par ailleurs, la liberté de pensée et la conscience professionnelle dont dispose encore le corps enseignant pourraient également permettre de conjurer en partie le dangereux déni de nos instances nationales.

Recevez, Monsieur le Président du Conseil supérieur des programmes, nos salutations lucides.

Associations signataires

; Approches pluridisciplinaires du genre (ARPÈGE)

; Association de jeunes chercheuses et chercheurs en études féministes, genre et sexualités (EFIGIES)

; Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF)

; Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG)

; Association nationale des études féministes (ANEF)

Conseil supérieur des programmes Sénat 7 juillet 2015

Rencontre entre :
3 membres du CSP : Mme Marie6Christine Blandin, sénatrice, Mme Véronique Fouquat, chargée de mission MEN, M. Laporte ; et 11 représentant.e.s du collectif formé par 17 associations (délégation menée par Nicole Fouché —REFH).
-Mme Blandin introduit la réunion par un rappel du contexte et avec une bonne nouvelle : le CSP a encore deux mois devant lui pour reformuler et infléchir le texte des programmes après la consultation à laquelle nos associations ont répondu.
Elle est intéressée par notre expertise, souhaite connaître notre niveau formel d’exigence et, surtout, avoir des conseils très pratiques.

-Nicole Fouché (Réussir l’égalité femmes6hommes — REFH) propose que les associations s’expriment sur les 4 points retenus par le communiqué de notre collectif (communiqué qui a constitué notre réponse à la consultation nationale) :
* le principe d’égalité est absent des programmes. Il devrait être présent dans toutes les disciplines de façon transversale ;
* les programmes sont rédigés au masculin. Demande de féminisation de la langue ; * vigilance pour la suppression des stéréotypes sexués, en particulier dans les manuels scolaires ; * intégration d’une réflexion sur le genre et l’égalité dans les programmes des différentes disciplines pour aider à comprendre comment les inégalités et les préjugés se perpétuent, et permettre de mieux les combattre.

-Mme Blandin signale que

  • le CSP n’a pas vocation à se manifester auprès des éditeurs mais que la délégation des Droits des femmes du Sénat l’a fait ;
  • que l’État reste maître des contenus numériques ;
  • que l’égalité femme/homme est introduite dans l’instruction civique

    et morale (ICM), qui aborde les discriminations et les inégalités.

Tour de table :

-Louis Pascal Jacquemond (Mnémosyne) insiste sur le fait que, pour les éditeurs et les enseignants, si l’égalité apparaît dans les programmes, à la fois en chapeau, comme principe et surtout en exemples spécifiés appliqués (des auteures en français, des actrices de l’histoire autrement que depuis 1944 et autrement qu’en dossiers…), elle sera mentionnée par les corps d’inspection et elle apparaîtra dans les manuels scolaires. Elle aura ainsi plus de chance d’être appliquée. Dans l’écriture des programmes, la féminisation et l’utilisation presque systématique du masculin et du féminin sont indispensables : citoyen et citoyenne, ouvrier et ouvrière, etc., et ce, d’autant plus que, dans certains cas, l’historiographie le commande (cas au XIXe siècle où les ouvrières sont plus nombreuses que les ouvriers — à cause de la place du textile à domicile, manufacturier et artisanal — mais elles sont « invisibilisées » au profit du monde ouvrier masculin).
-Fabrice Virgili (VP Mnémosyne) rappelle la difficulté qui fut la notre pour être enfin reçu par le CSP. Les associations ici présentes ont déjà depuis plusieurs années répondu aux enquêtes et sollicitations des différents ministères et organismes pour une meilleure prise en compte du genre dans l’enseignement. Nous constatons que malgré notre participation à la consultation nationale, sur les 243 pages de la synthèse réalisée par le ministère la question du genre n’apparaît toujours pas. Les expert6e6s que nous sommes ne demandent pas mieux qu’aider le CSP sur les différents points soulevés, mais il importe que nous soyons relayés et soutenus.

-Mme Blandin précise qu’un amendement a été proposé pour que le Genre apparaisse dans les programmes mais que celui6ci n’a pas été retenu.

-Florence Rochefort (Institut Émilie6du6Châtelet) signale que * l’IEC, très sollicité sur des questions de genre, ne peut faire face à toutes les demandes. Lors de la polémique de dénigrement des études de genre, l’IEC a publié un ouvrage sur Qu’est’ce que le genre ? (Poche Payot) qui part de questions de société posées simplement : Pourquoi les femmes valent6elles moins que les hommes ? Le cerveau a t il un sexe ? Qu’est6ce qu’être une femme dans le sport ? L’histoire des conceptions du sexe anatomique ; Pourquoi les filles ne réussissent qu’à l’école ? etc. Pour répondre à la demande de conseils de Mme Blandin, elle préconise la consultation du site Web de l’IEC qui propose plusieurs outils. Elle rappelle l’organisation des Assises de l’égalité filmées qui rencontrent un grand intérêt.

* Elle souligne combien il reste un maillon manquant à combler entre l’enseignement supérieur/recherche et l’enseignement secondaire et combien la sphère politique (et le CSP) ont un rôle majeur à jouer pour débloquer la situation et permettre enfin cette transmission des savoirs.

* Elle explique que partir de l’histoire des inégalités et du vécu des inégalités, des préjugés et des lois peut être efficace, que l’histoire des féminismes et des féministes illustre bien ces thématiques et que l’exemple des hommes en faveur de l’égalité à travers les siècles (sur qui l’IEC a publié un ouvrage collectif) est aussi à mettre en valeur.

– Mme Blandin signale que le CSP s’intéressera à la formation des enseignants et à la maquette des programmes des ESPE. Elle demande de rester vigilant et de « frapper à la porte des ESPE » pour qu’ils se sentent concernés par la formation des professeur6e6s à l’égalité.

-Adeline Adam (EFiGiES et ATE) représente une association de jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur le genre. Elle insiste sur l’importance d’introduire explicitement l’anthropologie dans le programme de Langues et cultures de l’Antiquité. Cela permettrait de montrer que le système du genre que nous connaissons a une histoire. Un chapitre tel que celui sur la famille serait le lieu idéal de l’introduction de ces notions (systèmes de genre, de filiation et de parenté spécifiques à Rome).

-Véronique SlovacekLChauveau (femmes et maths, Femmes & Sciences) insiste sur l’importance capitale des programmes pour les enseignant.e.s. Il faudrait donc pouvoir préconiser que le CSP, à travers les programmes, influence le contenu des manuels scolaires.

-Mme Blandin précise que la préconisation « musclée » ne peut se faire que dans les introductions des programmes (les « chapeaux »). Il le fera. Les recommandations dans les documents d’accompagnements ne seront pas faits par le CSP.

-Christine Planté — la Fédération RING comprend des enseignantoeos et des chercheur.se.s de toutes disciplines, et s’attache particulièrement à l’articulation enseignement/recherche et interdisciplinarité/formations disciplinaires — indique que les réactions et inquiétudes recueillies par le RING font apparaître deux contradictions majeures dans la situation actuelle :

* Les ABCD de l’égalité, présentés comme relevant d’un enjeu de société majeur, ayant été mis en cause par une minorité hostile, il s’est ensuivi une disparition du genre, et une grande discrétion sur les questions d’égalité femmes/hommes dans la réflexion sur la réforme des programmes. En l’absence d’indications précises sur le sujet, il résulte l’impression d’un manque de continuité et de conviction dans les valeurs qui conduisent la politique de l’éducation, et un fort malaise pour les intervenantoeos à tous niveaux.

* Alors que le CNRS impulse de façon volontariste un développement des recherches sur le genre en France, notamment en SHS, l’enseignement n’intègre ni ne diffuse les résultats de ces recherches dans ces programmes. Ne croit6on pas à la valeur de la recherche publique ?

* Prenant ensuite l’exemple de l’enseignement du Français, elle souligne que les programmes devraient inviter à réfléchir sur l’absence ou l’invisibilité des femmes créatrices dans l’histoire littéraire et culturelle, sur la représentation des femmes, et sur les processus qui produisent les inégalités et la minoration des femmes.

* En l’absence de directives explicites dans les programmes actuels, il est difficile aux différentes actrices et acteurs d’intégrer les femmes et les rapports de genre dans l’enseignement. Il faudrait proposer à la fois des formations (initiales et continuées) et des documents d’accompagnement (noms et biographies de femmes écrivains, textes présentés, pistes d’études, bibliographies). Ainsi qu’une aide à l’emploi d’une langue non discriminante, à travers des recommandations claires et des journées de formation.
-Nicole Fouché (REFH) regrette
* que le thème du genre ait disparu du vocabulaire de l’Éducation nationale en contradiction avec ses productions antérieures et avec le contexte législatif. Substituer à la place du genre dans toutes les disciplines, l’égalité filles6garçons dans une seule discipline alibi (par exemple l’instruction civique et morale), n’est pas du tout juste. Enseigner l’égalité filles6garçons est la responsabilité de toutes les disciplines : c’est pourquoi nous disons que l’égalité filles6garçons est une notion transversale, une dimension incontournable du « Comprendre le monde », laquelle, à notre grand regret, ne figure pas dans le socle commun.

* L’ensemble de la délégation, composée d’expert.e.s se tient à disposition du CSP pour travailler sur cette question et pour répondre aux souhaits de propositions concrètes et pratiques exprimés par M.C. Blandin.

-Evelyne Nakache (Centre Hubertine6Auclert — CHA)) signale :
* Que, dans les cycles 3 et 4 des programmes soumis à la consultation, le nombre de fois où l’homme est cité avec un petit h et un grand H est important : respectivement 7 H et 2 h dans le cycle 3 ; 13 h et 6 H dans le cycle 4, alors que le nombre de femmes avec un f est respectivement de 1 et 2. Ce qui amène à mettre en question les manuels scolaires qui sont la transcription fidèle des programmes.
* Pour aider à la réflexion, et lutter contre l’absence et l’invisibilité des filles, pour éliminer les stéréotypes et éviter le sexisme de la langue, elle propose trois analyses réalisées par le CHA sur des manuels de français, histoire et maths. Il y apparaît que les femmes sont 4,2 % à être citées en histoire, 6,1 % en français et 2,9 % dans les femmes célèbres en maths. Le CHA a édité un fascicule « Faire des manuels scolaires » qui est remis en séance.
* L’existence d’une Formation en ligne ouverte à tous (FLOT/MOOC en anglais) sur l’égalité femmes/hommes réalisée par des associations et diffusée par Sillages est aussi signalée comme outil utile à la réflexion. Elle concerne les étudiants en particulier ceux des ESPE.

-Geneviève Pezeu (Association nationale des études féministes — ANEF et Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF) signale * Le livre de l’ANEF Le Genre dans l’enseignement supérieur, livre blanc qui présente la situation actuelle et regroupe des propositions d’actions visant à consolider l’institutionnalisation des recherches sur le genre et à promouvoir l’égalité.

* L’ARGEF évoque le fait que toutes les propositions de didacticien6nes faites lors de la consultation n’ont pas été prises en compte dans la synthèse, sauf pour mentionner le nom des associations en note de bas de page (page 4). En fait, c’est le MEN qui s’est chargé de la consultation, ensuite il en a fait une synthèse qu’il vient de rendre au CSP à qui il reste à peine deux mois pour réajuster, reformuler, expertiser les textes tirés de

la consultation et les propositions de notre collectif:

* L’ARGEF avec l’ESPE de Créteil a organisé sous le patronage du MEN le colloque « Genre, didactique et formation » qui a démontré la demande et les besoins des enseignants (Mme Blandin précise que la délégation aux Droits des femmes du Sénat peut accompagner ce type de formation).

* L’ARGEF remarque que depuis la loi Haby (1975) la mixité n’a pas forcément profité aux filles, elle les a même, peut6être, rendues moins visibles : elle est un moyen mais pas le gage de l’égalité.

-Cécile Beghin (Mnémosyne) regrette qu’il y ait si peu de relais entre la recherche historique intégrant des problématiques de genre et la rédaction des programmes. Elle rappelle que les programmes constituent un cadre pour les éditeurs de manuels scolaires, qui disposent d’une grande liberté dans la composition de leurs manuels mais sont tenus de répondre à l’injonction des programmes ; ils sont par ailleurs essentiels pour les enseignants qui doivent les suivre de façon impérative. Or, le manuel est l’outil de travail des enseignants et des élèves. Des dispositions plus claires dans les programmes obligeraient les éditeurs à modifier leurs contenus et permettraient une meilleure diffusion des problématiques de genre dans le secondaire, et donc un progrès plus rapide de l’égalité entre filles et garçons. Enfin il faut préciser que les élèves sont demandeurs d’un récit historique qui leur permette de mieux comprendre le monde qui les entoure et de mieux s’y intégrer. Cet enjeu est essentiel dans le cadre scolaire dans toutes les disciplines.

-Véronique Garrigues (Mnémosyme) donne son avis comme enseignante dans une REP (académie de Toulouse), où la mixité n’est pas facile à mettre en place. Confrontée à la consultation (questions trop fermées et jargon de l’institution), elle se demande quelle image des femmes est reçue par les ados à travers les nouveaux programmes — dans une zone à très forte population immigrée d’origine maghrébine ? Les femmes restent encore une fois invisibles dans l’écriture des programmes. Par ailleurs, la formation des enseignant.e.s sur l’égalité filles6garçons y est inexistante, alors qu’elle relève de la formation continue.

-Mme Blandin, après avoir écouté très attentivement les différentes interventions demande des conseils et de la documentation sur la féminisation des noms. Par exemple : Que peut6on écrire à la place de homme : homme et femme ?
Doit6on écrire ouvrier et ouvrière ? ou ouvrier6e ? ou ouvrier.e (qui convient mieux aux non6voyants)?

En réponse, il existe un « guide pour la communication publique sans stéréotype de sexe » diffusé par le HCEfh. Après un échange assez long, Mme Blandin demande que les associations lui envoient les programmes soumis à la consultation, annotés ou corrigés, afin qu’elle en tienne compte dans la reformulation qu’elle soumettra au CSP. Vu le peu de temps disponible pour ces modifications, elle demande aux associations qui le souhaitent de lui soumettre des propositions directement exploitables. Elle pense que la majorité du CSP serait prêt à en discuter, ce qui ne garantit pas leur adoption.

La réunion a duré une heure trente, dans un climat d’écoute et de discussion très libre.
Coordonnées : Mme Blandin, mc.blandin@senat.fr Mme Fouquat, veronique.fouquat@education.gouv.fr
Le 8 juillet 2015
Evelyne Nakache et Nicole Fouché.

********************

Associations du collectif

  • ANIMATH,
  • ASSOCIATION NATIONALE DES ÉTUDES FÉMINISTES,
  • ASSOCIATION DE RECHERCHE SUR LE GENRE EN ÉDUCATION ET

    FORMATION,

  • ASSOCIATION ARPÈGE,
  • CENTRE HUBERTINE6AUCLERT,
  • COORDINATION FRANÇAISE POUR LE LOBBY EUROPÉEN DES

    FEMMES,

  • EFIGIES,
  • FEMMES ET MATHS,
  • FEMMES ET SCIENCES,
  • FEMMES POUR LE DIRE FEMMES POUR AGIR,
  • INSTITUT ÉMILIE DU CHÂTELET,
  • LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ,
  • MNÉMOSYNE,
  • RÉUSSIR L’ÉGALITÉ FEMMES6HOMMES,
  • RING, FÉDÉRATION DE RECHERCHE SUR LE GENRE,
  • RÉSEAU FÉMINISTE « RUPTURES »,
  • SOCIÉTÉ INTERNATIONALE POUR L’ÉTUDE DES FEMMES DE L’ANCIEN RÉGIME.

Rapport moral et PV de notre AG du 29 octobre dernier

Nous étions nombreux-ses à l’Assemblée générale, à Reims. Un grand merci à Nassira pour avoir organiser ces journées passionnantes. Et bienvenue à toutes les personnes qui nous ont rejoint à cette occasion.

Avec presque 70 membres, nous commençons à représenter une force importante, en France, en Suisse, au Québec, en Belgique et même en Côte d’Ivoire, USA et Chine. C’est sous le signe de ce beau dynamisme que l’année 2016 peut donc commencer, et nous vous présentons donc nos meilleurs voeux !

Le Comité élu a choisi ses exécutifs :

  • Présidence : Isabelle Collet (Suisse) Sigolène Couchot-Schiex (France)
  • Trésorerie : Farinaz Fassa (Suisse) Gaël Pasquier (France)
  • Secrétariat général : Céline Delcroix (Suisse et France)

Le PV de cette assemblée générale ainsi que le rapport moral pour l’année 2014-2015 sont en ligne : PV de l’AG de l’ARGEF 2015 et rapport_moral_2014-15

Philippe de Carlos, membre de l’ARGEF, a tout récemment soutenu sa thèse

Page garde thèse - copiePhilippe de Carlos a récemment soutenu sa thèse de doctorat intitulée :

« Le savoir historique à l’épreuve des représentations sociales : l’exemple de la Préhistoire et de Cro-Magnon chez les élèves de cycle 3 ».

Le sens attribué à l’objet de représentation sociale de la Préhistoire est le résultat d’une convergence de différents facteurs dont finalement l’enseignement n’est qu’un élément périphérique, voire marginal. Le savoir de sens commun scolaire sur la préhistoire est particulièrement homogène, car il est en grande partie socialement partagé et historiquement transmis. Ce savoir est notamment le résultat de la position que chaque élève occupe dans le champ social et culturel : cette position contribue selon les variables en jeu (sexe, CSP, niveau, géographie, type de pédagogie, classe/école) à sa structuration. Le genre est un principe organisateur important des représentations des élèves dans le sens où il traduit une vision sociétale construite sur une position asymétrique assimilée à un rapport de domination (l’homme préhistorique commande et la femme s’occupe des enfants). Les résultats montrent que distance entre savoir appris et savoir prescrit d’une part et le savoir savant d’autre part est telle qu’il est possible de parler d’une rupture épistémologique. Le savoir appris est avant tout un savoir socioreprésenté plutôt qu’un savoir socioconstruit, car au final l’influence de la pensée sociale est prépondérante face à l’absence d’un apport constructiviste qui aurait pu « élever » et « stabiliser » la pensée de sens commun vers une pensée plus rationnelle dite « pensée historienne scolaire ».

La thèse est en ligne :   https://u-cergy.academia.edu/pdeCarlos

Formation à la « culture de l’égalité filles/garçons » dans les ESPE : on s’accroche !

 

L’ARGEF et l’ANEF ont été invitées à une réunion provoquée par la MIPADI avec les trois Directions Générales du MENESR le 7 octobre à propos de la mise en place de la formation à l’égalité femmes-hommes dans les ESPE. L’importance de cette formation sera rappelée dans la prochaine Feuille de route 2016 du MENESR proposée par le comité interministériel des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour aller plus avant dans la mise en place réelle d’une formation de qualité, le ministère pourrait s’appuyer sur :

  • une proposition de modélisation réunissant les divers partenaires locaux, institutionnels ou associatifs, afin de créer un collectif permettant de former le plus grand nombre d’enseignant-e-s en formation initiale et continue et de disséminer une formation de qualité (exemple à Créteil en cours d’élaboration ou à Lyon)
  • un Tour de France des ESPE permettant le recensement des forces réelles en présence et la qualité des formations réalisées dans chaque ESPE. Le but de cette action serait de réaliser une cartographie afin de générer un réseau de la formation en éducation pour l’égalité femmes-hommes. Les membres de l’ARGEF et de l’ANEF devraient être sollicités pour la réalisation de cette cartographie
  • une recension des outils existants (égalithèque du Centre Hubertine Auclert)

 

100 films pour lutter contre les stéréotypes

vigie-sept15Vous aimez le cinéma ? Vous combattez les stéréotypes ? Les deux à la fois ? Alors, vous allierez l’utile à l’agréable en regardant un des 100 films sélectionnés par les services de l’Etat (DRDFE) dans la Drôme : « Entre elles », « Héroïnes », « Le poids de la tradition »… Demandez le programme, c’est en ligne : http://www.drome.gouv.fr/IMG/pdf/FOL_BRO_FINAL.pdf

L’ARGEF s’associe à REFH pour dénoncer le dictat des nouveaux programmes

L’ARGEF s’associe à l’initiative de REFH pour adresser au Président du Conseil supérieur des programmes une lettre ouverte pour dénoncer les reculades de l’institution et, au final, l’absence d’outils permettant de promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, dans ces nouveaux programme. L’occasion manquée doit être dénoncée. C’est désormais chose faite.

Lettre ouverte CSP octobre 2015 NF

L’ARGEF au colloque de l’AECSE

À l’occasion du colloque international de l’AECSE (en savoir plus) l’ARGEF propose 5 symposiums. Voici le programme. Il est aussi téléchargeable ici : Symposiums ARGEF

ARGEF 1 : Des discriminations tenaces. Coordination : Caroline Dayer (UNIGE, Genève) Discutante : Farinaz Fassa (UNIL, Lausanne)

Les faces cachées des discriminations : loupe analytique et vecteurs de formation (Caroline Dayer – UNIGE, Genève)

Filles récupérables garçons perdus. Analyse de la prise en charge des exclusions temporaires en collège (Benjamin Moignard – UPEC Créteil et  Stéphanie Rubi – Université de Bordeaux)

Discriminations genrées en EPS : perceptions des futurs enseignant-e-s (Geneviève Cogerino – Université Lyon I)

Mixité en EPS : pour aller encore plus loin dans les rapports de genre (Sigolène Couchot Schiex – UPEC Créteil)

 

ARGEF 2 : Mise en œuvre de la mixité et débat autour de l’égalité des sexes à l’école. Coordination : Geneviève Pezeu (Université Paris V) Discutante : Nicole Mosconi (UPOND, Nanterre)

Cartographique de la coéducation dans l’enseignement secondaire, en France, avant la Seconde Guerre mondiale (Geneviève Pezeu – Université Paris V)

Perceptions des personnels des collèges et lycées à propos des violences de genre entre élèves : d’étonnants dé calages (Annie Léchenet – Université Lyon I)

Des ABCD de l’égalité aux nouveaux outils pour l’égalité : analyse et mise en perspective des représentations de l’égalité des sexes produites par l’Education Nationale (Gaël Pasquier – UPEC Créteil)

« Vigigender » et la mise en image de la fronde anti-genre : stratégies et perspectives (Bérangère Kolly – Université Paris VIII)

ARGEF 3 : Des contenus sous influence. Coordination : Bérengère Kolly (Université de Lorraine) Discutante : Edmée Ollagnier (UNIGE, Genève)

Des papillons pour les filles, des cyclones pour les garçons, la représentation des sciences en primaire (Isabelle Collet – UNIGE, Genève)

Evolutions des représentations du féminin dans les travaux de l’UNESCO sur l’éucation des filles et des femmes (1946-1975) (Marie-Elise Hunyadi – UNIGE, Genève)

L’Education Physique et Sportive (1959-2015) : des contenus sous influence de la « naturalisation » des corps (Cécile Ottogalli-Mazzacavallo – Université Lyon I)

Enseignement de l’histoire et représentations sociales. Comment des thèmes d’histoire du genre permettent d’objectiver les stéréotypes sexués (Valérie Opériol – UNIGE Genè ve)

 

ARGEF 4 : Former les enseignant-e-s au genre. Coordination : Céline Petrovic (UPOND, Nanterre) Discutante : Isabelle Collet (UNIGE, Genève)

La réception des enseignements sur le genre (Céline Petrovic – UPOND, Nanterre)

D’une analyse collaborative des stéréotypes de sexes et divisions sexuées dans la littérature pour la jeunesse, présente dans les classes, à l’implication des enseignant-e- s, participant à une recherche-action, dans l’éducation à  l’égalité des sexes (Esla Lesaux et Cendrine Marro – UPOND, Nanterre)

Les représentations que des enseignant-e-s Suisses et Français-e se font d’un travail éducatif en faveur de l’égalité des sexes à l’école (Farinaz Fassa – UNIL, Lausanne et Gaël Pasquier – UPEC, Créteil)

ARGEF 5 : Professionnalité enseignante. Coordination : Céline Delcroix (UPOND, Nanterre) Discutante : Marlaine Cacouault (Université de Poitiers)

Images de femmes enseignantes d’EPS dans les rapports d’inspection (1941-1975) (Loïc Szerdahelyi – Université Lyon I)

Images et représentations dans les socialisations masculines chez les enseignants de l’école primaire (Céline Delcroix – UPOND, Nanterre)

Quelques effets insoupçonnés de la ségrégation horizontale dans l’enseignement postobligatoire romand (Farinaz Fassa et Simon Dubois – UNIL, Lausanne)

Continuer la lecture de L’ARGEF au colloque de l’AECSE

AG de l’ARGEF lors du colloque de l’AECSE (29 octobre 13 h à Reims)

Le prochain colloque international thématique de l’AECSE est consacré à « Le genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail. Mises en images et représentations ». C’est à Reims du 28 au 30 octobre prochain.
À cette occasion, l’ARGEF tiendra son assemblée générale annuelle le Jeudi 29 octobre de 13h à 14h 30.

Réponse de l’ARGEF à la consultation des programmes de l’école primaire

L’ARGEF a réfléchi autour de la réforme des programmes pour l’enseignement primaire. Les deux documents joints rendent compte de ces réflexions.

Bonne lecture !

Contribution de lAssociation de Recherche Genre en Education et Formation à la consultation sur les projets de programmes_C2&C3

Contribution de lAssociation de Recherche Genre en Education et Formation à la consultation sur les projets de programmes_C4

Demandez le programme : deux belles journées en vue les 8 et 9 avril 2015

C’est la thématique « Genre, Didactique, Formation » qui sera au coeur de ces deux journées qui se tiendront à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) et à l’ESPE de l’Académie de Créteil. Le programme est consultable en ligne : Programme – JE Genre, didactique, formation.

Appel à communications – « Le genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail. Mises en images et représentations »

Voici un appel à communications pour un colloque organisé à l’automne prochain par certaines de nos membres, dont Farinaz Fassa et Nassira Hedjerassi. L’appel se trouve en ligne ici : appel_colloque_CEREP_AECSE2015_genre.

Quel genre de MOOC ? De la pertinence d’un cours en ligne en études de genre

Une journée d’étude intitulée « Quel genre de MOOC ? De la pertinence d’un cours en ligne en études de genre » se tiendra le 16 mars prochain au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le programme est en ligne et téléchargeable ici : Programme MOOC final.

NB : Inscription gratuite obligatoire à l’adresse suivante : contact@anef.org
Une pièce d’identité vous sera demandée à l’accueil, pensez à vous en munir.

Intervention d’Isabelle Collet, Présidente de l’ARGEF lors de la journée d’étude « Genre, enseignement égalité » du 14 novembre 2014

Le 14 novembre 2014, l’ARGEF a co-organisé avec le RING une journée d’étude « Genre, enseignement égalité ».

Vous pouvez retrouver en ligne l’intervention de sa présidente, Isabelle Collet.

Retour journée ARGEF – RING

Annexes ARGEF

Bonne lecture.

L’ARGEF répond aux détracteurs du genre et des ABCD de l’Égalité

Devant la mobilisation diffamatoire de certains détracteurs de la prétendue « théorie du genre » et des ABCD de l’Egalité, l’ARGEF met les choses au point dans une tribune parue ce jour dans Libération. C’est à lire en ligne.

Le laboratoire junior GenrERe (Genre : Epistémologie @ Recherches) de l’ENS de Lyon propose aussi une réflexion complémentaire, en ligne également.

Des ressources pédagogiques en ligne

Les ABCD de l’Egalité ont été lancé par le Ministre de l’éducation nationale et la Ministre des droits des femmes, à titre expérimental, à la rentrée 2013. Un site internet dédié est en ligne.

CP HS 7 2013Il est régulièrement alimenté, et nous vous invitons donc à prendre connaissance de ses nouveautés. Signalons, à l’initiative de Cécile Ottogalli, membre de l’ARGEF, la contribution récente en EPS de Claire Pontais, qui a récemment dirigé un numéro important de la revue Contrepied, la revue du SNEP, consacré à la question de l’égalité dans le sport. Nous avions consacré un précédent billet à cette publication.

Claire Pontais a contribué, avec son collègue CPD Philippe Delamarre, à alimenter le site ABCD de l’égalité du MEN pour la partie EPS dans l’enseignement primaire.

Ces apports intéresseront tout particulièrement les professeur-e-s des écoles ou les formateur-trice-s de PE. C’est à vor dans la rubrique « outils pédagogiques » :
les enjeux et les petits riens qui changent tout
– le  compte rendu d’un débat sur la danse et le rugby avec des CM
– des ressources en danse (le petit chaperon rouge), GRS (ballon, ruban) et jeux traditionnels (gendarmes et voleurs)