Muriel Salle publie dans « Boire, une affaire de sexe et d’âge »

Muriel Salle publie « La Nature féminine, entre boire et déboires. L’alcoolisme féminin sous le regard médical au XIXe siècle » dans un ouvrage quiurlparaît dans la collection « Recherche santé social » dirigée par François-Xavier Schweyer, professeur au Département des sciences humaines, sociales et des comportements de santé (SHSC) de l’EHESP.

Boire de l’alcool est un acte social avec ses normes, ses rites, ses codes, qui varient dans le temps et l’espace selon que l’on est un homme ou une femme, jeune ou vieux, ou que l’on appartient à telle ou telle catégorie sociale. Boire, surtout avec excès, est aussi l’objet de représentations qui induisent des politiques et des actions en direction des populations considérées à risque, en raison notamment de leur sexe ou de leur âge. L’ambition de cet ouvrage collectif est de traiter de ces différentes dimensions en croisant les disciplines (sociologie, ethnologie, histoire, psychiatrie), les regards (genre et générations), les objets (buveurs et non-buveurs, usages et représentations) et les espaces (France, Irlande, Espagne). Ce livre constituera un outil de réflexion pour les étudiants et les chercheurs, comme pour celles et ceux qui souhaitent prévenir les dommages sanitaires et sociaux des alcoolisations excessives.

  • Une approche globale qui dépasse les regards classiques et stéréotypés.
  • Un ouvrage de réflexion et d’expertise sur un thème à fort enjeu sanitaire et social.
  • Une volonté d’ouverture sur d’autres exemples européens (Irlande, Espagne).
  • Une approche pluridisciplinaire qui multiplie les perspectives (sociologie, mais aussi histoire, ethnologie, psychiatrie).

Isabelle Collet et Caroline Dayer publient « Former envers et contre le genre »

arton3679

Vient de paraître, aux éditions De Boeck !

De l’école à l’université, de l’éducation informelle à la socialisation professionnelle, des pratiques des enseignant·e·s aux questions de didactique, des auteur·e·s se penchent ici sur les enjeux et paradoxes genrés qui s’en dégagent.
Les débats qui émergent régulièrement autour des questions de genre, en particulier en éducation-formation, véhiculent les questions épistémologiques, théoriques, politiques et sociétales que celui-ci cristallise. Cet ouvrage propose de prendre de la distance par rapport aux positionnements idéologiques et de faire un point scientifique sur ce que le genre signifie et sur la façon dont il travaille le domaine de l’éducation-formation.
Mettant en perspective sexisme et hétérosexisme, racisme et classisme, les travaux empiriques centrés sur le genre portent autant sur l’analyse des injonctions et de leur incorporation que sur la manière dont les personnes les remettent en cause et les dépassent.
Ces aspects sont appréhendés sur la base de recherches dont la diversité se déploie à travers les objets d’étude et les terrains d’investigation, les démarches méthodologiques et les ancrages disciplinaires.

TGS n° 31, 2014/1 : Enseigner le genre, un travail de Pénélope »

TGS_031_L204Muriel Salle publie dans la dernière livraison de la revue Travail, Genre et Sociétés (n°31) un article consacré à « La formation des enseignants : les résistances au genre ».

Résumé : La mise en place du programme de l’ABCD de l’Egalité, en octobre 2013, dans un contexte de tension consécutif au vote de la loi sur le mariage dit « pour tous », a placé sur le devant de la scène médiatique des actions pédagogiques pour la promotion de l’égalité entre filles et garçons dans le système scolaire dont certaines sont pourtant déjà anciennes. Dans l’académie de Lyon, depuis plus de dix ans, les enseignants reçoivent une formation sur les problématiques de genre et d’égalité entre les sexes. Ces formations, globalement très bien accueillies, suscitent aussi parfois des résistances, en dépit du fait que les enseignants en sont très demandeurs d’une part, et qu’ils se déclarent très soucieux de promouvoir l’égalité filles/garçons et femmes/hommes d’autre part. C’est à l’analyse de ce paradoxe qu’est consacré cet article, qui veut proposer à la fois une typologie de ces résistances et des pistes de remédiation.

Caroline Dayer, Sous les pavés, le genre

DayerAlors que s’érigent de nouvelles barricades contre l’égalité, Caroline Dayer jette un pavé dans la mare du genre. Des manifs contre le mariage pour tous et toutes aux attaques contre l’IVG, l’auteure éclaire ces controverses contemporaines en démontrant que le genre n’est ni une idéologie ni une théorie mais un concept et un champ de recherches interdisciplinaires. Un pavé ne tenant pas tout seul, la mosaïque des discriminations est ainsi démantelée. Renversant les apparences, cet ouvrage invite à cerner le cœur du système afin de hacker la matrice des violences. Et à fouler les pavés pour l’égalité !

C’est à lire dans Le Temps des Médias

TDM_021_L148Fanny Lignon, membre de l’ARGEF, a publié tout récemment :  Des jeux vidéo et des adolescents. A quoi jouent les jeunes filles et garçons des collèges et lycées ? », Le Temps des Médias, n°21, janvier 2014, p. 143-160.

C’est consultable en ligne : https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=TDM_021_0143

Dernier numéro de la revue Contrepied (Centre EPS et Société)

CP HS 7 2013La revue Contre pied (publications du centre EPS et Société) vient de publier son numéro de septembre 2013 sur l’égalité entre les filles et les garçons en matière d’Education Physique et Sportive.

Le numéro questionne les mécanismes sociaux-culturels de la construction des différences  entre les filles et les garçons dans une discipline où celles-ci font souvent traitées comme des évidences « naturelles ».
Outre sa participation au comité scientifique de la revue, Cécile Ottogalli-Mazzacavallo signe un article biographique sur Annick Davisse, IPR EPS de 1983 à 1998, et militante avant gardiste de la cause des filles et de l’égalité en et par l’EPS.
Muriel Salle contribue également au numéro par un article de synthèse sur la persistance des inégalités entre les sexes au niveau de la société.
Enfin, Sigolène Couchot-Schiex contribue à la réflexion avec un article sur EPS et homophobie, prochainement disponible en ligne sur le site : http://www.contrepied.net/

À l’école des stéréotypes

9782343008790r-32f62Quel est le rôle de l’institution scolaire dans le maintien des stéréotypes de sexe ? Comment interroger et déconstruire ces stéréotypes ? Quelles actions égalitaires peut-on mettre en place pour moduler ces croyances ? Puisque l’école doit préparer l’enfant à vivre en société, autant faire en sorte que la formation scolaire permette d’espérer vivre dans une société plus égalitaire.

C’est l’ambition de ce livre, co-dirigé par Christine Morin-Messabel et Muriel Salle, de faire le point sur le rôle de l’institution scolaire dans le maintien des stéréotypes de sexe et des inégalités filles / garçons.

Education des femmes. Héritages, expériences, identités

9782343010410rNicole Lucas et Danielle Ohana publient chez L’Harmattan Education des femmes. Héritages, expériences, identités.

Inscrire l’histoire des femmes dans la pédagogie d’une citoyenneté partagée, c’est décrire les chemins parcourus au sein des sociétés. L’approche conjointe socio-historique, fondée sur les concepts de Norbert Elias, part d’un triple constat : le hiatus entre directives officielles et pratiques réelles, l’omission de leurs actions dans l’histoire et leur indiscutable créativité, leur conditionnement à l’infériorité et leurs rêves d’altérité, d’équité et de liberté. Entrer dans la lente construction de l’identité féminine contre les pesanteurs héritées et les conservatismes de toute nature, au tempo des événements historiques, au rythme de l’évolution de l’intime, voilà notre projet. Il ne saurait, évidemment, se passer des exemples révélateurs et optimisants de femmes qui se sont accomplies dans tous les domaines de la création, envers et contre tout : les trois « subversives » (Sarah Bernhardt, Colette, Françoise Giroud), entre xixe et début du xxe, sont les dignes héritières des luttes de leurs aînées. Au final, l’entrée des femmes dans l’histoire, l’expression libre et autonome de leur féminité, voilà sans doute le seul avenir possible à partager avec les hommes, des élèves aux maris.

 

Violences de genre, violences sexistes à l’école

Le dossier du présent numéro de la revue Recherches et Educations vise à éclairer la thématique des violences scolaires en proposant une analyse genrée ou sexuée du phénomène. C’est à consulter en ligne.

r_e_8_couv_site-small200Les contributions s’appuient sur des résultats de recherches empiriques et reposent sur des méthodologies explicites, qualitatives et/ ou quantitatives. Elles permettent non seulement de dresser un état des lieux des violences scolaires en fonction du sexe ou du genre des élèves (et/ ou des adultes) dans des contextes éducatifs variés, mais elles visent également à éclairer les mécanismes à l’origine de ces violences. Si les stéréotypes de genre ou encore la culture sexiste sont examinés pour comprendre le phénomène, les conséquences pour les acteur-ices-s (élèves ou professionnel-lle-s) naviguant à contre-courant de ces modes de pensée et d’action sont également étudiées.

Ce dossier thématique apporte ainsi un ensemble de résultats et de réflexions utiles aux lecteur-ice-s, spécialistes ou non des études de genre et des violences en milieu scolaire.

 Signalons plus particulièrement les contributions de nos membres :
Caroline Dayer signe un article consacré à la question des « violences de la matrice hétérosexiste » dans le tome 1.
Isabelle Collet contribue au tome 2 (à paraître prochainement) avec « Des garçons «immatures» et des filles qui «aiment ça», La violence de genre révélatrice d’une mixité scolaire impensée ».