24e colloque de l’ADMEE-Europe

Nous sommes quelques membres à avoir proposé à l’occasion du colloque de l’Association pour le Développement des Méthodologies d’Évaluation en Éducation un symposium intitulé : « Le genre comme compétence professionnelle des enseignant-e-s ».

Vous constaterez du coup la faible présence des problématiques de genre lors de cette rencontre internationale. C’est tout l’enjeu de notre mobilisation au sein de l’ARGEF : à l’avenir, nous serons présent-e-s dans plus d’un symposium !

L’intégralité du programme et les actes sont désormais consultable, http://admee2012.uni.lu/index.php/actes.

Comment adhérer à l’ARGEF ?

C’est très simple : téléchargez le bulletin d’adhésion en ligne, remplissez-le et retournez-le par mail à argef@unige.ch ou à l’adresse postale suivante :

Pour la France

ARGEF

À l’attention de Sigolène Couchot-Schiex

Le vieux Bourg

01400 L’Abergement Clémenciat

Pour la Suisse

ARGEF

À l’attention d’Isabelle Collet

Université de Genève

Uni-Mail Section des sciences de l’éducation

40 bd du Pont d’Arve

CH-1211 Genève 4

 

 

Colloque « Femmes, féminisme, recherches », trente ans après » 14-15 décembre 2012

Colloque « Femmes, féminisme et recherches, trente ans après »
Manifestation jeunes chercheurs
Toulouse, 14-15 décembre 2012

 

Du 16 au 18 décembre 1982, se tenait à Toulouse le colloque intitulé « Femmes, féminisme et recherches ». Considéré comme « l’acte de naissance quasi ritualisé du champ des recherches sur les femmes » (Lagrave, 1990 : 31), il s’agissait de la première manifestation scientifique d’ampleur faisant le panorama d’un champ interdisciplinaire en plein essor, nommé alors « les études féministes » ou les « études femmes ». Près de 800 chercheuses et militantes étaient venues écouter 140 communications réparties en 21 ateliers. Les Actes, édités deux ans plus tard, faisaient plus de 1000 pages. Ouverte par Maurice Godelier, directeur du département sciences de l’homme et de la société du CNRS, et par Yvette Roudy, Ministre des droits de la femme, cette manifestation a marqué le début du processus d’institutionnalisation d’un champ de connaissance issu du mouvement de libération des femmes. Dans le contexte favorable du premier gouvernement Mitterrand, d’autres signes de reconnaissance institutionnelle ont accompagné ce colloque : le financement d’ateliers thématiques programmés au CNRS et la création de postes fléchés, dont l’Université de Toulouse le Mirail a bénéficié. Trente ans plus tard et sur le même lieu, nous voulons revenir sur cet événement scientifique et militant majeur. En organisant cette manifestation nous poursuivons principalement quatre objectifs. Continuer la lecture de Colloque « Femmes, féminisme, recherches », trente ans après » 14-15 décembre 2012

6e congrès international d’études féministes

 

C’est à Lausanne que l’ARGEF est née. Mais il s’est aussi passé beaucoup d’autres choses passionnantes.

Le sujet était ambitieux : Imbrication des rapports de pouvoir : Discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité Continuer la lecture de 6e congrès international d’études féministes

Pourquoi adhérer à l’ARGEF ?

L’Association de Recherche sur le Genre en Education et Formation  a pour but général de fédérer les dynamismes et les énergies au sein d’un groupe de recherches interdisciplinaire. Il répond aux besoins des personnes concernées par le genre en éducation, en formation et dans le champ de l’intervention sociale, en favorisant leur échanges.

Le Réseau envisage le genre en éducation de manière très large pour respecter la complexité du thème et en aborder tous les aspects. Ses axes de recherches se déclinent autour de cette thématique centrale et concernent tant les élèves et les étudiant·e·s que les personnes enseignantes, formatrices et toute personne intervenant auprès des publics apprenants (personne éducatrice, animatrice, conseil en orientation). Continuer la lecture de Pourquoi adhérer à l’ARGEF ?

argef

Ce carnet doit rendre compte des activités de l’ARGEF, une association ayant pour objet la recherche sur le Genre en éducation et formation.
Notre but premier est de mutualiser nos recherches dans une optique de partage des savoirs ou de co-formation et de les rendre visibles pour qu’elles soient accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique et de la société civile.
Si notre point d’ancrage disciplinaire est lié aux sciences de l’éducation, toutes les disciplines scientifiques y sont bienvenues, du moment que les travaux proposés traitent de la question du genre en lien avec l’éducation, dans son sens le plus large (formelle, informelle ou non formelle, pédagogie, didactique des disciplines, formation des adultes, orientation scolaire et professionnelle, intervention sociale, etc.).
Cet ancrage dans les sciences de l’éducation est motivé par des demandes institutionnelles, en France, en Romandie et dans toute l’Europe, sur la formation des enseignant·e·s et professionnel·le·s de l’éducation, et aussi sur la formation du personnel d’entreprise.
En marge de ces nouveaux enjeux et à mesure que la problématique acquiert une reconnaissance institutionnelle, les théories du genre subissent spécifiquement dans le domaine de l’éducation des attaques de la part de la droite catholique. La polémique autour des manuels scolaires de SVT en France en 2011 en est la démonstration la plus significative, à laquelle il faut ajouter les attaques masculinistes régulières contre la mixité, plaidant pour une virilisation de l’école. La diffusion de ces propos et leur relative fréquence nous font penser qu’il est important d’être des interlocuteurs·trices clairement identifié·e·s, apportant un travail scientifique et compétent sur ces questions qui sont notre spécialité.