Lettre ouverte aux éditrices et éditeurs de manuels scolaires

Paris, le 30 janvier 2016

Objet : Rédiger des manuels scolaires sans discriminations

Madame, Monsieur,

Comme vous, nous attendons avec impatience la version définitive des programmes scolaires qui devront entrer en application à la rentrée 2016-2017. Nos associations, l’Association nationale des études féministes (ANEF) et l’Association de recherche sur le genre en éducation et formation (ARGEF) sont très attachées à ce que les futurs programmes respectent et mettent en valeur, sous toutes les formes disponibles, l’égalité entre les filles et des garçons, entre les femmes et les hommes. Nous avons beaucoup travaillé sur cette problématique et avons été entendues par le Conseil supérieur des programmes (CSP).
Mais nous savons bien que les programmes ne sont pas tout et qu’une bonne prise en charge du sujet exige une politique volontariste et des initiatives fortes. C’est pourquoi nous nous adressons à vous, en tant que responsables des maisons d’édition, pour que vous puissiez intervenir auprès des auteur.e.s des collections de manuels scolaires.
C’est dans ce but que nous vous faisons parvenir le compte rendu de l’entretien avec Marie-Christine Blandin, sénatrice, qui nous a reçues au nom du CSP, en juillet 2015. Vous y trouverez toutes les sources d’inspiration pour inciter vos auteur.e.s à éviter de générer les stéréotypes et les pièges sexistes auxquels les enseignements en maternelle, primaire et secondaire sont actuellement confrontés.
Nous vous proposons de consulter le « Guide pratique pour une communication sans stéréotype de sexe » du HCE/fh (Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes) simple et pratique, qui répond aux exigences de la loi (Téléchargeable sur : bit.ly/1PccmRa). Il s’agit seulement de mettre en place dans les manuels que vous allez mettre sur le marché, les éléments nécessaires à une culture de l’égalité, telle que les textes officiels le réclament.
Nous nous permettons d’ajouter que nos associations comprenent un grand nombre de personnes ressources qui sont à votre disposition pour répondre rapidement aux questions que vous pourriez vous poser.
Recevez, Madames et Messieurs les responsables d’éditions, l’expression de nos salutations les meilleures.
Association nationale des études féministes (ANEF)
www.anef.org
Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF)
www.argef.org

Documents suivants en lien :
1/ Lettre ouverte au CSP (à Monsieur Michel Lussault)
2/ CR de la rencontre avec le CSP au Sénat

Lettre ouverte à Monsieur Michel Lussault,

Président du Conseil supérieur des programmes

Centre national d’enseignement à distance 60, boulevard du Lycée 92170 VANVES

Paris, le 19 octobre 2015

Objet : Les « nouveaux » programmes scolaires et le genre

Monsieur le Président du Conseil supérieur des programmes,

Les dixNhuit membres du Conseil supérieur des programmes (CSP) — d’abord présidé par Monsieur Alain Boissinot puis par Monsieur Michel Lussault —ont travaillé plus d’un an à l’élaboration des nouveaux programmes du primaire et du collège.

Fort contestés au printemps 2015, ces programmes ont été revus et corrigés pendant les vacances d’été et ils sont désormais disponibles à l’adresse suivante : http://www.education.gouv.fr/cid93042/projetNdeNprogrammesN pourNlesNcyclesN2N3NetN4.html

Chacun\e peut se faire une idée de « l’élève » virtuel, idéal, que les membres du CSP se donnent pour objectif de former ainsi que de la méthode et des contenus. Les cycles scolaires concernés par les nouveaux programmes sont les IIe cycle (CP, CE1, CE2), IIIe cycle (CM1, CM2, 6e) et IVe cycle (5e, 4e, 3e).

Le collectif signataire de cette lettre ouverte est composé de dixNsept institutions et associations françaises qui, ellesNmêmes, regroupent des scientifiques internationalement reconNnu\e\s des études de genre ainsi que des spécialistes de l’égalité femmesN hommes/fillesNgarçons. Presque tou\te\s, à des degrés divers, sont ou

ont été acteurs et actrices de terrain, face à des élèves réel\le\s, dans toute leur diversité et leur hétérogénéité. Certain\e\s sont également en situation de former des enseignant\e \s.

Les promesses faites par le CSP — d’une part, de dialoguer avec les personnes concrètement engagées, d’autre part, de rapprocher l’enseignement de la recherche — nous avaient incité\e\s à faire entendre nos voix.

Nous voulions faire valoir qu’il fallait intégrer, dans les nouveaux corpus et à tous les niveaux des cursus, les connaissances permettant de promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes ; qu’il était urgent de mener la lutte contre les stéréotypes sexistes dans tous les domaines, dans toutes les disciplines et à l’aide d’outils pédagogiques renouvelés, à tous les niveaux de l’enseignement, à commencer par l’école maternelle puis l’école élémentaire, puis enfin, en collège et en lycée.

Que ce soit en matière de socle de connaissances, d’évaluation, de formation des enseignant\e\s, de pédagogie ou encore de valeurs éthiques et civiques, et in fine, en matière de programmes, nous pensions que l’enseignement se devait d’intégrer les apports que la recherche scientifique a produits et validés depuis près d’un demiNsiècle et que plusieurs pays européens ont déjà incorporés dans leurs projets éducatifs. Les femmes ne devaient plus être reléguées à un préambule, ni à un chapitre à part, ni à quelques lignes, aussi bienveillantes soientNelles, saupoudrées ici et là. On sait aujourd’hui le rôle décisif et le poids que les femmes ont dans tous les domaines de la vie sociale, culturelle, économique ou politique (malgré les discriminations dont elles sont encore l’objet).

Il était temps de proposer aux filles et aux garçons, dans les classes, quel que soit le sujet traité et quelle que soit la discipline enseignée, des connaissances et des outils pour étudier les processus à l’œuvre dans la fabrication des inégalités sexuées, afin de provoquer une réflexion sur l’égalité, non seulement en droit (dans le respect des lois votées) mais aussi en fait.

La difficulté rencontrée pour obtenir un rendezNvous et pour pouvoir nous exprimer devant des représentant\e\ s du Conseil supérieur des programmes fut peu de chose au regard de la surdité feutrée finalement opposée par l’institution.

Oui, l’occasion fut totalement manquée. Le CSP est resté sourd à nos arguments. Il a sans doute espéré nous contenter par des mentions à la marge — consensuelles et molles — mais qui ne changent rien sur le fond : les programmes réécrits par le CSP cet été se donnent pour ambition de faire « comprendre le monde » à notre jeunesse sans avoir le courage de l’analyser et tout en évitant soigneusement le critère d’explication du « monde tel qu’il est » que constitue la hiérachisation des sexes.

Oui, l’occasion est manquée : Acta est fabula pourraitNon penser ! Mais la pièce n’est sans doute pas totalement jouée. Les livres scolaires qui vont suivre ces programmes seront examinés à la loupe, car ils peuvent encore éviter le piège des stéréotypes de genre avec les hiérarchies et les inégalités qu’ils entraînent inevitablement. Par ailleurs, la liberté de pensée et la conscience professionnelle dont dispose encore le corps enseignant pourraient également permettre de conjurer en partie le dangereux déni de nos instances nationales.

Recevez, Monsieur le Président du Conseil supérieur des programmes, nos salutations lucides.

Associations signataires

; Approches pluridisciplinaires du genre (ARPÈGE)

; Association de jeunes chercheuses et chercheurs en études féministes, genre et sexualités (EFIGIES)

; Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF)

; Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG)

; Association nationale des études féministes (ANEF)

Conseil supérieur des programmes Sénat 7 juillet 2015

Rencontre entre :
3 membres du CSP : Mme Marie6Christine Blandin, sénatrice, Mme Véronique Fouquat, chargée de mission MEN, M. Laporte ; et 11 représentant.e.s du collectif formé par 17 associations (délégation menée par Nicole Fouché —REFH).
-Mme Blandin introduit la réunion par un rappel du contexte et avec une bonne nouvelle : le CSP a encore deux mois devant lui pour reformuler et infléchir le texte des programmes après la consultation à laquelle nos associations ont répondu.
Elle est intéressée par notre expertise, souhaite connaître notre niveau formel d’exigence et, surtout, avoir des conseils très pratiques.

-Nicole Fouché (Réussir l’égalité femmes6hommes — REFH) propose que les associations s’expriment sur les 4 points retenus par le communiqué de notre collectif (communiqué qui a constitué notre réponse à la consultation nationale) :
* le principe d’égalité est absent des programmes. Il devrait être présent dans toutes les disciplines de façon transversale ;
* les programmes sont rédigés au masculin. Demande de féminisation de la langue ; * vigilance pour la suppression des stéréotypes sexués, en particulier dans les manuels scolaires ; * intégration d’une réflexion sur le genre et l’égalité dans les programmes des différentes disciplines pour aider à comprendre comment les inégalités et les préjugés se perpétuent, et permettre de mieux les combattre.

-Mme Blandin signale que

  • le CSP n’a pas vocation à se manifester auprès des éditeurs mais que la délégation des Droits des femmes du Sénat l’a fait ;
  • que l’État reste maître des contenus numériques ;
  • que l’égalité femme/homme est introduite dans l’instruction civique

    et morale (ICM), qui aborde les discriminations et les inégalités.

Tour de table :

-Louis Pascal Jacquemond (Mnémosyne) insiste sur le fait que, pour les éditeurs et les enseignants, si l’égalité apparaît dans les programmes, à la fois en chapeau, comme principe et surtout en exemples spécifiés appliqués (des auteures en français, des actrices de l’histoire autrement que depuis 1944 et autrement qu’en dossiers…), elle sera mentionnée par les corps d’inspection et elle apparaîtra dans les manuels scolaires. Elle aura ainsi plus de chance d’être appliquée. Dans l’écriture des programmes, la féminisation et l’utilisation presque systématique du masculin et du féminin sont indispensables : citoyen et citoyenne, ouvrier et ouvrière, etc., et ce, d’autant plus que, dans certains cas, l’historiographie le commande (cas au XIXe siècle où les ouvrières sont plus nombreuses que les ouvriers — à cause de la place du textile à domicile, manufacturier et artisanal — mais elles sont « invisibilisées » au profit du monde ouvrier masculin).
-Fabrice Virgili (VP Mnémosyne) rappelle la difficulté qui fut la notre pour être enfin reçu par le CSP. Les associations ici présentes ont déjà depuis plusieurs années répondu aux enquêtes et sollicitations des différents ministères et organismes pour une meilleure prise en compte du genre dans l’enseignement. Nous constatons que malgré notre participation à la consultation nationale, sur les 243 pages de la synthèse réalisée par le ministère la question du genre n’apparaît toujours pas. Les expert6e6s que nous sommes ne demandent pas mieux qu’aider le CSP sur les différents points soulevés, mais il importe que nous soyons relayés et soutenus.

-Mme Blandin précise qu’un amendement a été proposé pour que le Genre apparaisse dans les programmes mais que celui6ci n’a pas été retenu.

-Florence Rochefort (Institut Émilie6du6Châtelet) signale que * l’IEC, très sollicité sur des questions de genre, ne peut faire face à toutes les demandes. Lors de la polémique de dénigrement des études de genre, l’IEC a publié un ouvrage sur Qu’est’ce que le genre ? (Poche Payot) qui part de questions de société posées simplement : Pourquoi les femmes valent6elles moins que les hommes ? Le cerveau a t il un sexe ? Qu’est6ce qu’être une femme dans le sport ? L’histoire des conceptions du sexe anatomique ; Pourquoi les filles ne réussissent qu’à l’école ? etc. Pour répondre à la demande de conseils de Mme Blandin, elle préconise la consultation du site Web de l’IEC qui propose plusieurs outils. Elle rappelle l’organisation des Assises de l’égalité filmées qui rencontrent un grand intérêt.

* Elle souligne combien il reste un maillon manquant à combler entre l’enseignement supérieur/recherche et l’enseignement secondaire et combien la sphère politique (et le CSP) ont un rôle majeur à jouer pour débloquer la situation et permettre enfin cette transmission des savoirs.

* Elle explique que partir de l’histoire des inégalités et du vécu des inégalités, des préjugés et des lois peut être efficace, que l’histoire des féminismes et des féministes illustre bien ces thématiques et que l’exemple des hommes en faveur de l’égalité à travers les siècles (sur qui l’IEC a publié un ouvrage collectif) est aussi à mettre en valeur.

– Mme Blandin signale que le CSP s’intéressera à la formation des enseignants et à la maquette des programmes des ESPE. Elle demande de rester vigilant et de « frapper à la porte des ESPE » pour qu’ils se sentent concernés par la formation des professeur6e6s à l’égalité.

-Adeline Adam (EFiGiES et ATE) représente une association de jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur le genre. Elle insiste sur l’importance d’introduire explicitement l’anthropologie dans le programme de Langues et cultures de l’Antiquité. Cela permettrait de montrer que le système du genre que nous connaissons a une histoire. Un chapitre tel que celui sur la famille serait le lieu idéal de l’introduction de ces notions (systèmes de genre, de filiation et de parenté spécifiques à Rome).

-Véronique SlovacekLChauveau (femmes et maths, Femmes & Sciences) insiste sur l’importance capitale des programmes pour les enseignant.e.s. Il faudrait donc pouvoir préconiser que le CSP, à travers les programmes, influence le contenu des manuels scolaires.

-Mme Blandin précise que la préconisation « musclée » ne peut se faire que dans les introductions des programmes (les « chapeaux »). Il le fera. Les recommandations dans les documents d’accompagnements ne seront pas faits par le CSP.

-Christine Planté — la Fédération RING comprend des enseignantoeos et des chercheur.se.s de toutes disciplines, et s’attache particulièrement à l’articulation enseignement/recherche et interdisciplinarité/formations disciplinaires — indique que les réactions et inquiétudes recueillies par le RING font apparaître deux contradictions majeures dans la situation actuelle :

* Les ABCD de l’égalité, présentés comme relevant d’un enjeu de société majeur, ayant été mis en cause par une minorité hostile, il s’est ensuivi une disparition du genre, et une grande discrétion sur les questions d’égalité femmes/hommes dans la réflexion sur la réforme des programmes. En l’absence d’indications précises sur le sujet, il résulte l’impression d’un manque de continuité et de conviction dans les valeurs qui conduisent la politique de l’éducation, et un fort malaise pour les intervenantoeos à tous niveaux.

* Alors que le CNRS impulse de façon volontariste un développement des recherches sur le genre en France, notamment en SHS, l’enseignement n’intègre ni ne diffuse les résultats de ces recherches dans ces programmes. Ne croit6on pas à la valeur de la recherche publique ?

* Prenant ensuite l’exemple de l’enseignement du Français, elle souligne que les programmes devraient inviter à réfléchir sur l’absence ou l’invisibilité des femmes créatrices dans l’histoire littéraire et culturelle, sur la représentation des femmes, et sur les processus qui produisent les inégalités et la minoration des femmes.

* En l’absence de directives explicites dans les programmes actuels, il est difficile aux différentes actrices et acteurs d’intégrer les femmes et les rapports de genre dans l’enseignement. Il faudrait proposer à la fois des formations (initiales et continuées) et des documents d’accompagnement (noms et biographies de femmes écrivains, textes présentés, pistes d’études, bibliographies). Ainsi qu’une aide à l’emploi d’une langue non discriminante, à travers des recommandations claires et des journées de formation.
-Nicole Fouché (REFH) regrette
* que le thème du genre ait disparu du vocabulaire de l’Éducation nationale en contradiction avec ses productions antérieures et avec le contexte législatif. Substituer à la place du genre dans toutes les disciplines, l’égalité filles6garçons dans une seule discipline alibi (par exemple l’instruction civique et morale), n’est pas du tout juste. Enseigner l’égalité filles6garçons est la responsabilité de toutes les disciplines : c’est pourquoi nous disons que l’égalité filles6garçons est une notion transversale, une dimension incontournable du « Comprendre le monde », laquelle, à notre grand regret, ne figure pas dans le socle commun.

* L’ensemble de la délégation, composée d’expert.e.s se tient à disposition du CSP pour travailler sur cette question et pour répondre aux souhaits de propositions concrètes et pratiques exprimés par M.C. Blandin.

-Evelyne Nakache (Centre Hubertine6Auclert — CHA)) signale :
* Que, dans les cycles 3 et 4 des programmes soumis à la consultation, le nombre de fois où l’homme est cité avec un petit h et un grand H est important : respectivement 7 H et 2 h dans le cycle 3 ; 13 h et 6 H dans le cycle 4, alors que le nombre de femmes avec un f est respectivement de 1 et 2. Ce qui amène à mettre en question les manuels scolaires qui sont la transcription fidèle des programmes.
* Pour aider à la réflexion, et lutter contre l’absence et l’invisibilité des filles, pour éliminer les stéréotypes et éviter le sexisme de la langue, elle propose trois analyses réalisées par le CHA sur des manuels de français, histoire et maths. Il y apparaît que les femmes sont 4,2 % à être citées en histoire, 6,1 % en français et 2,9 % dans les femmes célèbres en maths. Le CHA a édité un fascicule « Faire des manuels scolaires » qui est remis en séance.
* L’existence d’une Formation en ligne ouverte à tous (FLOT/MOOC en anglais) sur l’égalité femmes/hommes réalisée par des associations et diffusée par Sillages est aussi signalée comme outil utile à la réflexion. Elle concerne les étudiants en particulier ceux des ESPE.

-Geneviève Pezeu (Association nationale des études féministes — ANEF et Association de recherches sur le genre en éducation et formation (ARGEF) signale * Le livre de l’ANEF Le Genre dans l’enseignement supérieur, livre blanc qui présente la situation actuelle et regroupe des propositions d’actions visant à consolider l’institutionnalisation des recherches sur le genre et à promouvoir l’égalité.

* L’ARGEF évoque le fait que toutes les propositions de didacticien6nes faites lors de la consultation n’ont pas été prises en compte dans la synthèse, sauf pour mentionner le nom des associations en note de bas de page (page 4). En fait, c’est le MEN qui s’est chargé de la consultation, ensuite il en a fait une synthèse qu’il vient de rendre au CSP à qui il reste à peine deux mois pour réajuster, reformuler, expertiser les textes tirés de

la consultation et les propositions de notre collectif:

* L’ARGEF avec l’ESPE de Créteil a organisé sous le patronage du MEN le colloque « Genre, didactique et formation » qui a démontré la demande et les besoins des enseignants (Mme Blandin précise que la délégation aux Droits des femmes du Sénat peut accompagner ce type de formation).

* L’ARGEF remarque que depuis la loi Haby (1975) la mixité n’a pas forcément profité aux filles, elle les a même, peut6être, rendues moins visibles : elle est un moyen mais pas le gage de l’égalité.

-Cécile Beghin (Mnémosyne) regrette qu’il y ait si peu de relais entre la recherche historique intégrant des problématiques de genre et la rédaction des programmes. Elle rappelle que les programmes constituent un cadre pour les éditeurs de manuels scolaires, qui disposent d’une grande liberté dans la composition de leurs manuels mais sont tenus de répondre à l’injonction des programmes ; ils sont par ailleurs essentiels pour les enseignants qui doivent les suivre de façon impérative. Or, le manuel est l’outil de travail des enseignants et des élèves. Des dispositions plus claires dans les programmes obligeraient les éditeurs à modifier leurs contenus et permettraient une meilleure diffusion des problématiques de genre dans le secondaire, et donc un progrès plus rapide de l’égalité entre filles et garçons. Enfin il faut préciser que les élèves sont demandeurs d’un récit historique qui leur permette de mieux comprendre le monde qui les entoure et de mieux s’y intégrer. Cet enjeu est essentiel dans le cadre scolaire dans toutes les disciplines.

-Véronique Garrigues (Mnémosyme) donne son avis comme enseignante dans une REP (académie de Toulouse), où la mixité n’est pas facile à mettre en place. Confrontée à la consultation (questions trop fermées et jargon de l’institution), elle se demande quelle image des femmes est reçue par les ados à travers les nouveaux programmes — dans une zone à très forte population immigrée d’origine maghrébine ? Les femmes restent encore une fois invisibles dans l’écriture des programmes. Par ailleurs, la formation des enseignant.e.s sur l’égalité filles6garçons y est inexistante, alors qu’elle relève de la formation continue.

-Mme Blandin, après avoir écouté très attentivement les différentes interventions demande des conseils et de la documentation sur la féminisation des noms. Par exemple : Que peut6on écrire à la place de homme : homme et femme ?
Doit6on écrire ouvrier et ouvrière ? ou ouvrier6e ? ou ouvrier.e (qui convient mieux aux non6voyants)?

En réponse, il existe un « guide pour la communication publique sans stéréotype de sexe » diffusé par le HCEfh. Après un échange assez long, Mme Blandin demande que les associations lui envoient les programmes soumis à la consultation, annotés ou corrigés, afin qu’elle en tienne compte dans la reformulation qu’elle soumettra au CSP. Vu le peu de temps disponible pour ces modifications, elle demande aux associations qui le souhaitent de lui soumettre des propositions directement exploitables. Elle pense que la majorité du CSP serait prêt à en discuter, ce qui ne garantit pas leur adoption.

La réunion a duré une heure trente, dans un climat d’écoute et de discussion très libre.
Coordonnées : Mme Blandin, mc.blandin@senat.fr Mme Fouquat, veronique.fouquat@education.gouv.fr
Le 8 juillet 2015
Evelyne Nakache et Nicole Fouché.

********************

Associations du collectif

  • ANIMATH,
  • ASSOCIATION NATIONALE DES ÉTUDES FÉMINISTES,
  • ASSOCIATION DE RECHERCHE SUR LE GENRE EN ÉDUCATION ET

    FORMATION,

  • ASSOCIATION ARPÈGE,
  • CENTRE HUBERTINE6AUCLERT,
  • COORDINATION FRANÇAISE POUR LE LOBBY EUROPÉEN DES

    FEMMES,

  • EFIGIES,
  • FEMMES ET MATHS,
  • FEMMES ET SCIENCES,
  • FEMMES POUR LE DIRE FEMMES POUR AGIR,
  • INSTITUT ÉMILIE DU CHÂTELET,
  • LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ,
  • MNÉMOSYNE,
  • RÉUSSIR L’ÉGALITÉ FEMMES6HOMMES,
  • RING, FÉDÉRATION DE RECHERCHE SUR LE GENRE,
  • RÉSEAU FÉMINISTE « RUPTURES »,
  • SOCIÉTÉ INTERNATIONALE POUR L’ÉTUDE DES FEMMES DE L’ANCIEN RÉGIME.