Philippe de Carlos, membre de l’ARGEF, a tout récemment soutenu sa thèse

Page garde thèse - copiePhilippe de Carlos a récemment soutenu sa thèse de doctorat intitulée :

« Le savoir historique à l’épreuve des représentations sociales : l’exemple de la Préhistoire et de Cro-Magnon chez les élèves de cycle 3 ».

Le sens attribué à l’objet de représentation sociale de la Préhistoire est le résultat d’une convergence de différents facteurs dont finalement l’enseignement n’est qu’un élément périphérique, voire marginal. Le savoir de sens commun scolaire sur la préhistoire est particulièrement homogène, car il est en grande partie socialement partagé et historiquement transmis. Ce savoir est notamment le résultat de la position que chaque élève occupe dans le champ social et culturel : cette position contribue selon les variables en jeu (sexe, CSP, niveau, géographie, type de pédagogie, classe/école) à sa structuration. Le genre est un principe organisateur important des représentations des élèves dans le sens où il traduit une vision sociétale construite sur une position asymétrique assimilée à un rapport de domination (l’homme préhistorique commande et la femme s’occupe des enfants). Les résultats montrent que distance entre savoir appris et savoir prescrit d’une part et le savoir savant d’autre part est telle qu’il est possible de parler d’une rupture épistémologique. Le savoir appris est avant tout un savoir socioreprésenté plutôt qu’un savoir socioconstruit, car au final l’influence de la pensée sociale est prépondérante face à l’absence d’un apport constructiviste qui aurait pu « élever » et « stabiliser » la pensée de sens commun vers une pensée plus rationnelle dite « pensée historienne scolaire ».

La thèse est en ligne :   https://u-cergy.academia.edu/pdeCarlos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *